Un certain regard 4/4

Le train pour Paris est à quai. 
La fin des vacances approche. La rentrée scolaire fait la une des journaux que j’achète. Comme chaque année les syndicats d’enseignants brandissent la menaéce d’une grève pour obtenir des augmentations de salaire.
Une dame âgée monte dans le wagon où je suis installé.

Regards décalés, regards croisés

George Condo « Large female portrait / Grand portait de femme », 2015. Huile sur toile (198,1 x 188 cm. Sourcing image : FIAC, Paris 2015 (© photographie F.Buffard 23 10 15)

George Condo « Large female portrait / Grand portait de femme », 2015. Huile sur toile (198,1 x 188 cm. Sourcing image : FIAC, Paris 2015 (© photographie François Buffard 23 10 15)

La dame est accompagnée par sa fille et son petit-fils. 
L’enfant mignon, est vêtu d’un bermuda blanc bien repassé et d’un sweat-shirt de couleur qui fait un beau contraste. 
Tous les passagers sont vêtus légèrement, ont la peau brunie par le soleil, tant il a fait beau et chaud durant l’été.
La dame pose sur son petit-fils un regard empreint de gentillesse. 
Il dit au-revoir à sa grand-mère avec qui sa fille s’entretient. S’assure qu’elle ne manquera de rien durant son voyage de retour vers Paris. 
Ils se disent adieu.
Tous les trois parlent doucement, sourient, s’embrassent, esquissent des gestes tendres.
Les personnes qui accompagnent les voyageurs sont priées de descendre du train.
La vieille dame accompagne sa fille et son petit-fils jusqu’à la porte extérieur du wagon.
Debout sur le quai l’enfant fait un signe de la main à sa grand-mère. 
Sa maman passe un bras affectueux autour de son cou et l’entraîne vers la sortie.
La vieille dame les suit du regard. Sa fille et son petit-fils enlacés. 
L’enfant tourne le buste et fait un dernier geste d’adieu avec la main. Sa maman continue de marcher sans se retourner. 
Le sifflet du chef de gare…
Un nouveau geste du jeune garçon. Un bras qui se lève. Une main qui parle.
La vieille dame n’est pas allée s’asseoir. Et se tient encore à la porte toujours ouverte du wagon.
Sa fille et son petit-fils sont parvenus à l’extrémité du quai. Vont franchir la sortie. Ils se parlent mais bien-sûr elle ne peut plus entendre les mots qu’ils prononcent. L’enfant demande à sa maman quand reviendra sa grand-mère.
Le train est parti. 
À Paris, il pleut. 
La vieille dame est assise. Je passe à côté d’elle en me dirigeant vers le wagon-bar. Je continue de l’observer par curiosité. Elle a un regard bienveillant. Des yeux de grand-mère.  Je voudrais avoir des yeux d’enfant.

Flash infos artiste

George Condo. Né en 1957 à Concord (Nouvelle-Angletrre), patrie de H.D. Thoreau, à proximité de Boston.
George Condo, extrait d’article magazine publié dans le courant des années 2000 sur le blog de Slava Mogutin (Archives The Plumebook Café)
George Condo, extrait d’article magazine publié dans le courant des années 2000 sur le blog de Slava Mogutin (Archives The Plumebook Café)
Memory is the medium / La mémoire est la source d’inspiration.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*