Voyage dans le temps

Lu dans Artpress un article à propos de l’écrivain et photographe Antonin Potoski. J’ai aimé ces quelques phrases : « Pourquoi s’infliger tant d’inconfort dans des voyages incessants ? Pour écrire ? … surtout pour faire l’expérience de la différence. De sa propre différence. Pour essayer de se connaître à travers l’expérience de l’altérité. À la recherche de l’émotion, toujours momentanée, d’une appartenance »

Wosene Worke Kosrof « The Ancestor » / « L’ancêtre », 1985. Mixed media. Sourcing image : NKA, Contemporary African Art magazine (automne 2012). Bibliothèque Vert et Plume

Wosene Worke Kosrof « The Ancestor » / « L’ancêtre », 1985. Mixed media. Sourcing image : NKA, Contemporary African Art magazine (automne 2012). Bibliothèque The Plumebook Café

ÉCRITURE AFRICAINE.  [La mère interpelle son fils qui veut devenir écrivain, alors qu’ils sont assis dans un bar de Pointe-Noire au Congo] « Ne les oublie pas, ceux-là qui sont partis. Et le jour où tu ne verras plus ta propre silhouette c’est que toi aussi tu auras cessé d’exister. [il a décidé de quitter le Congo pour vivre en France] Tu seras désormais dans l’autre monde, comme nos ancêtres qui ne sont plus ici mais qui continuent à nous protéger nuit et jour. [Elle est montée dans un taxi, baisse la vitre] « L’eau chaude, n’oublie jamais qu’elle a été froide. » 

Alain Mabanckou « Lumières de Pointe-Noire », éditions du Seuil, 2013

 

Un sentiment d’appartenance

Dans mon enfance, puis mon adolescence et surtout durant ma vie professionnelle, j’ai voyagé, dans des pays de plus en plus lointains. Tout comme celles de Potoski, mes émotions étaient momentanées. J’ai sans doute cherché à les répéter en retournant souvent dans les pays où elles avaient été les plus fortes. Mon sentiment d’appartenance au monde était en tout point semblable à celui de l’écrivain voyageur que je n’étais pas.
J’ai rencontré des personnes dont je me suis plus d’une fois demandé si elles n’étaient pas elles-mêmes des membres de ma famille dont j’aurais ignoré jusqu’à l’existence si je n’étais pas parti à leur rencontre.
FAMILLE est le nom d’un pays qui ne figure sur aucune carte. Il est habité mais ne se visite pas. Il appartient d’abord à l’enfance, puis à la mémoire. Une mémoire fragmentée que je m’efforce aujourd’hui de faire partager.

Flash infos artiste & écrivain

Alain Mabanckou. Écrivain, né à Pointe-Noire (Congo-Brazza) en 1966.

Antonin Potoski. Écrivain et photographe né en Lorraine en 1974 . Il a écrit deux livres autour des séjours qu’il a fait au Mali.  Rien à voir avec les expériences des touristes, aussi bien intentionnés soient-ils. « Les Cahiers Dogon » et « L’Hôtel de l’Amitié », à Bamako.

Wosene Worke Kosrof. Né en 1950. Peintre et sculpteur éthiopien. « Wosene » est son nom d’artiste. Le magazine américain NKA parle à son propos de poésie des signes, « visual poetry performing script ». Il semble en effet qu’il ait réussi à représenter le langage de ceux qui ne sont plus ou pas encore là, ceux auxquels on pense en songeant que l’on aurait aimé ou que l’on aimerait les connaître. Étrange, n’est-ce pas ?

 

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*