Une nouvelle naissance

La soif de changement

 

Pierre Bismuth « Coming soon – Prochainement », étude numérique préparatoire (2009). Sourcing image : catalogue de l’exposition « Ce qui vient », les Ateliers de Rennes – Biennale d’art contemporain, 2010 (bibliothèque The Plumebook Café)

Pierre Bismuth « Coming soon – Prochainement », étude numérique préparatoire (2009). Sourcing image : catalogue de l’exposition « Ce qui vient », les Ateliers de Rennes – Biennale d’art contemporain, 2010 (bibliothèque The Plumebook Café

Nous éprouvons à des moments variés de l’existence, le besoin de changer. Changer d’école, de camarades de classe, de copain ou de copine, de prof. Changer de lieu de vacances. Changer de vêtements. Changer de vélo, de mobylette, de moto, de voiture. Changer de skis, de surf. Changer de skate ou de rollers. Changer d’air. Prendre l’avion pour un pays inconnu. Changer la couleur des murs. Changer de maison, de ville. Changer de maire, de député, de président. Changer de restaurant, de ciné, de bar. Changer de mobilier. Changer de job. Changer d’attitude ; de comportement. Changer d’ordinateur, de téléphone portable, de télé. Changer de musique. Changer de lunettes, de coiffure, de parfum. Tout changer. 

Enseignement n°1 : le changement est un carburant. Moins nocif que les antidépresseurs, l’alcool ou la drogue.

L’œuf, porteur de promesses

Tombe de Toutankhâmon « Couvercle d’une jarre en albâtre, Égypte (1332-1323). 18è dynastie. Sourcing image : « Le livre des symboles – Réflexion sur des images archétypales », sous la direction d’Ami Ronnberg (éditions Taschen, 2010). Bibliothèque The Plumebook Café, 2014

Tombe de Toutankhâmon « Couvercle d’une jarre en albâtre, Égypte (1332-1323). 18è dynastie. Sourcing image : « Le livre des symboles – Réflexion sur des images archétypales », sous la direction d’Ami Ronnberg (éditions Taschen, 2010). Bibliothèque The Plumebook Café, 2014

Les derniers habitants des campagnes savent qu’il y a dans les œufs, lorsqu’ils sont fécondés par celle qui les a pondus, la promesse d’une nouvelle vie.
Pour ceux qui habitent la ville depuis leur naissance et n’ont jamais vu d’oiseau ni de poule, l’œuf est une forme oblongue enveloppée dans un papier aluminium froissé et coloré. En retirant ce papier ils découvrent un petit œuf dont la surface, quand ils la lèchent, a le goût de la pate chocolatée à tartiner. Ils s’aperçoivent qu’il s’agit en réalité de l’enveloppe comestible d’un comprimé en plastique qui se dévisse en son centre. Ce qu’il contient n’est pas la promesse d’une nouvelle vie, comme les campagnards le croient encore, mais une surprise ! Un jouet en plastique est blotti à l’intérieur, une caricature de fœtus conçu par des diplômés d’école de commerce, qui contient la promesse d’un divertissement.
Quand ils se rendent dans les montagnes en voie d’urbanisation, les citadins se régalent d’un autre type d’œufs. Plus gros, plus cossus, avec des portes qui s’ouvrent automatiquement devant eux. Dans lesquels ils peuvent s’engouffrer avec leur équipement. Ces œufs ventripotents les emportent vers les sommets d’où ils redescendent de mille façons, au gré des saisons. Ces œufs de dernière génération contiennent la promesse d’un bénéfice physique, débouchant sur une sensation de bien-être, confinant à l’extase si l’exercice est répété plusieurs fois de suite.
Enseignement n°2 : l’œuf moderne coûte cher mais ne se casse pas. Il n’a pas besoin d’être couvé pour tenir les promesses qu’il renferme : procurer du plaisir aux uns, des espèces sonnantes et trébuchantes aux autres

Le plaisir de la nouveauté

Joost Conijn « Aux confins de l’Europe de l’est », vers 2002-2004. Sourcing image : catalogue de l’exposition « Intense proximité » au Palais de Tokyo, La Triennale (printemps-été 2012). Bibliothèque The Plumebook Café

Joost Conijn « Aux confins de l’Europe de l’est », vers 2002-2004. Sourcing image : catalogue de l’exposition « Intense proximité » au Palais de Tokyo, La Triennale (printemps-été 2012). Bibliothèque The Plumebook Café

Nous nous sentons revivre dans de nouveaux vêtements, comme si nous venions de changer de peau. Dans une nouvelle voiture, comme si le monde autour de nous s’était transformé. Avec une nouvelle coiffure, comme si tous les hommes se retournaient sur notre passage. Nous nous sentons un autre garçon sur notre nouvelle moto, une autre fille avec ces boucles d’oreilles et un tatouage sur l’épaule, comme si nous étions plus heureux qu’auparavant.
À croire que nous étions à l’agonie, que le monde était gris, que nous ne comptions plus pour les autres, que nous étions devenus tristes avant d’acquérir le nouvel objet ou le nouveau look que nous convoitions depuis que nous l’avions vu sur les autres, que nous avions été touchés par un message publicitaire qui le décrivait comme une chose nécessaire, que nos amis en parlaient et s’étonnaient que nous ne l’ayons pas encore acquis. Qu’attendions-nous pour être aussi heureux qu’ils en avaient l’air ?
Enseignement n°3 : la nouveauté est un moyen de s’élever au-dessus de la grisaille pour apercevoir le bleu du ciel les jours de mauvais temps. Un moyen pour garder le sourire quand les autres se ratatinent.

Innovation ou révolution ?

Dan Perjovschi « Revolution On-Off – Révolution Marche-Arrrêt », 2009. Sourcing image : catalogue de l’exposition « Intense proximité » au Palais de Tokyo, La Triennale (printemps-été 2012). Bibliothèque The Plumebook Café

Dan Perjovschi « Revolution On-Off – Révolution Marche-Arrrêt », 2009. Sourcing image : catalogue de l’exposition « Intense proximité » au Palais de Tokyo, La Triennale (printemps-été 2012). Bibliothèque The Plumebook Café

Certaines innovations sont si importantes qu’elles s’apparentent à des révolutions. L’informatique et la connexion des ordinateurs en réseau ont bouleversé les rapports entre les individus, bien qu’elles ne se soient pas encore imposées à l’esprit des politiques et des enseignants qui continuent de considérer le monde de leur enfance comme un modèle.

À les écouter, nous serions sur le point de vouer notre âme au Diable. Ils sont depuis si longtemps installés dans une ère de glaciation qu’ils n’en reviennent pas de voir fondre la glace !
Prolongement de notre cerveau, l’ordinateur est également le premier outil d’expression, dans l’histoire de l’humanité, qui ait été donné aux invisibles de la Terre. Symbole de la démocratie réelle qui concurrence à ce point la démocratie institutionnelle que cette dernière, craignant pour sa survie, tente de museler cette formidable expression de la liberté.
Enseignement n°4.   Quelle que soit leur nature, les œufs ne répondent pas aux interrogations existentielles de leurs consommateurs, auxquels il adressent ce conseil de sagesse, vivez avec votre temps !

Flash infos artistes & personnage célèbre

Pierre Bismuth.  Artiste plasticien français né en 1963.

Joost Conijn.  Artiste et voyageur hollandais, n é à Amsterdam en 1971. Il a voyagé à travers l’Europe de l’Est dans une voiture qu’il avait fabriquée lui-même avec du bois. Plus tard, aux commandes d’un avion pour découvrir l’Afrique. Cherchant à comprendre par lui-même ce qui se passait dans les coins reculés de ces deux mondes-là.
Dan Perjovschi.  Artiste roumain installé à Bucarest,  né en 1961.
Toutankhâmon.  Né vers 1345- mort vers 1327. Fils de l’union incestueuse d’Akhénaton avec sa sœur. Son règne dure entre 1336-35 (il a 10 ans) et l’année de sa mort (vers l’âge de 18-19 ans). Sa tombe fut découverte par l’archéologue britannique Howard Carter en 1922. Les trésors qu’elle contenait firent connaître le nom du jeune pharaon à travers le monde entier, plus de 3000 ans après sa mort.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*