Un discours amoureux 2/2

ADAPTATION DE TEXTES EXTRAITS de « Fragments d’un discours amoureux par Roland Barthes (éditions du Seuil, 1977, pages  163 à 166.

« Montrez-moi qui désirer … »

Pierre-Yves Trémois « Jeune homme assis », image pour L’apocalypse de Jpseph Foret, 1958-1960.             Illustration du livre « L’Apocalypse ». Sourcing image : ancienne carte reproduction, collection The Plumebook Café
Pierre-Yves Trémois « Jeune homme assis », image pour L’apocalypse de Jpseph Foret, 1958-1960. Illustration du livre « L’Apocalypse ». Sourcing image : ancienne carte reproduction, collection The Plumebook Café
L’être aimé est désiré parce qu’un autre ou d’autres ont montré à l’amoureux[-se] que ce garçon était désirable. Ainsi tout dpécial qu’il soit le désir amoureux se découvre-t-il par induction.
Peu avant de tomber amoureux [-se] il ou elle rencontre un jeune homme qui lui raconte sa passion pour… après quoi il ne reste plus à l’un ou l’autre qu’à tomber amoureux[-se] à son tour.
L’être aimé leur sera désigné avant qu’ils ne le voient, à l’écart de la plage, assis sur les rochers, face à la mer…

Celui qui va m’hypnotiser, me captiver

Wilhelm von Gloeden « Jeune arabe assis »,  vers 1890-1900. Sourcing image : album-cartes postales / posterbook édité par Taschen, 1993 (bibliothèque The Plumebook Café

Wilhelm von Gloeden « Jeune arabe assis », vers 1890-1900. Sourcing image : album-cartes postales / posterbook édité par Taschen, 1993 (bibliothèque The Plumebook Café

 
Ce corps qui va être aimé est à l’avance cerné, manié par l’objectif, soumis à une sorte d’effet zoom qui le rapproche, le grossit et amène celui, celle qui va être amoureux[-se] à y coller le nez : n’est-il pas l’objet scintillant qu’une main a fait miroiter devant moi, qui va m’hypnotiser, me capturer ?…
Cette contagion affective, cette induction, part des autres, du langage, des livres, d’internet, des amis.

Une machine à montrer le désir

Hippolyte Flandrin (1809-1864) « Jeune homme assis au bord de la mer », étude (1836). Peinture à l’huile, 98 x 124 cm. Sourcing image : carte reproduction du musée du Louvre à qui le tableau a été donné en 1852 par Napoléon III qui l'avait acquis

Hippolyte Flandrin (1809-1864) « Jeune homme assis au bord de la mer », étude (1836). Peinture à l’huile, 98 x 124 cm. Sourcing image : carte reproduction du musée du Louvre à qui le tableau a été donné en 1852 par Napoléon III qui l’avait acquis

« Il y a des hommes [des femmes] qui ‘n’auraient jamais été amoureux[-ses] s’ils[-elles] n’avaient jamais entendu parler de l’amour. »
La Rochefoucauld, maxime 36
 
Aucun amour n’est originel, la culture de masse, internet, est une machine à montrer le désir : voici le genre de garçon qui doit l’intéresser, comme s’il devinait que les hommes, les femmes, sont incapables de trouver tout[-es] seuls[-es] qui désirer.

Tout rival a d’abord été maître

Rainer Fetting « Desmond sitting », 1985. Peinture acrylique sur toile, 220 x 180 cm. Sourcing image : Edward Lucie-Smith « Race, sex and Gender in contemporary art », Harry Abrams Publishers, 1994 (bibliothèque The Plumebook Café)
Rainer Fetting « Desmond sitting », 1985. Peinture acrylique sur toile, 220 x 180 cm. Sourcing image : Edward Lucie-Smith « Race, sex and Gender in contemporary art », Harry Abrams Publishers, 1994 (bibliothèque The Plumebook Café)
 
Les études de garçons noirs par Fetting ont été à la fin du 20e l’équivalent, dans l’histoire de la la peinture américaine, des photographies de Mapplethorpe consacrées aux « Black males ».
 
La difficulté de l’aventure amoureuse est dans ceci : qu’on me montre qui désirer, mais ensuite qu’on débarrasse !… 
« Épisodes innombrables où je tombe amoureux[-se] du garçon aimé par mon meilleur ami : tout rival a d’abord été maître, guide, montreur, médiateur. »
« Alors ! Tu l’as vu ce garçon dont je t’ai parlé, assis sur les rochers, face à la mer ? Tu lui as parlé ? »
« Tu ne veux pas venir avec moi… tu resterais loin derrière moi, mais au moins je saurais que tu es là… »
« Tu veux que je vienne mais que je me tienne à l’écart, comme une maman tricotant paisiblement sur la plage sans quitter son enfant des yeux… »
« Si tu veux. Alors ? »
« Alors, alors… c’est entendu, j’irai en espérant qu’il ne soit pas parti avec un[e] autre… »
« Allons-y maintenant ! »

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*