Archives du mot-clé poésie

Femmes

Textes de Maurice Chappaz (1916-2009) Le baiser de juin   « Cher Gustave,  huit mois que je voulais t’écrie, depuis une invitation chez un banquier de Martigny dans sa villa accrochée aux falaises et aux vignes (…) un autre couple de banquiers venu de Berne, le mari discrètement athlétique, ascète, alpin, à l’intelligence tendue, et la […]

Le charme des lieux

Parce qu’ils appartiennent au passé les noms de lieux de l’île Maurice dégagent un parfum de poésie teintée de naïveté et de mélancolie, en dépit d’une histoire qui n’était pas du tout la même selon que l’on appartenait à une famille de marchands, de planteurs, ou à la catégorie des ouvriers, serviteurs et des esclaves.  […]

, classé dans : Carnets

Des lambeaux de leur conversation

 Chacun sait que l’on se forme l’esprit par la conversation… à condition qu’elle ne se résume pas à écouter l’autre et opiner de la tête, ou pire encore : faire semblant de s’intéresser en pensant à autre chose. Chacun à sa manière doit contribuer à la conversation. Ce fut le cas d’Anselm Kiefer recevant Etienne […]

Déconstruction du réel

 « Un cheval ! Un cheval ! Mon royaume pour un cheval ! » Shakespeare “Richard III”, Acte V – Scène IV Un cheval! Horace Vernet « Mazeppa aux loups », 1826. Huile sur toile, 100 x 130 cm. Don de l’artiste au musée, 1827. Sourcing image : carte reproduction du musée Calvet, Avignon (coll. […]

Les mères à l’étable

 ANTONIN ARTAUD CITÉ PAR KENNETH WHITE [in « Le Monde d’A.A. »] : « Je sais que j’étais né autrement [que « d’être copulé »], j’étais né de mes œuvres et non d’une mère ».  Extrait dans cet article d’un texte d’Antonin Artaud, publié sous le titre « Les mères à l’étable » dans « […]

Une passion démodée

Durant les trois dernières années de sa vie (il meurt au Cannet, à proximité de Cannes, le 23 janv.1947), Pierre Bonnard, animé (selon lui) « d’une passion périmée », à cheval sur la seconde moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e, est photographié tout à tour par Henri Cartier-Bresson (image ci-dessous), Brassaï et Gisèle […]

Un lieu où le cœur parle

« … il est encore des lieux où le cœur parle… » Avertissement à l’attention du visiteur de la maison-musée du poète mauricien de langue française Robert-Edward Hart (1891-1984). « Si tu m’aimes un peu, ne me parle plus, aime-moi.  /  Serre-moi contre un cœur muet qui me comprenne  /  Nulle parole : un peu d’émoi  /  Au toucher […]

, classé dans : Carnets

Just a cigarette

Les années ciné Jonathan allait avoir seize ans mais n’avait jamais couché avec une fille. A l’internat, il partageait une chambre avec Patrick Gerdrapeau, un garçon originaire de la région qui était rapidement devenu son meilleur ami. Contrairement à lui, Patrick avait une copine avec qui il faisait souvent l’amour et, quand approchait le week-end, […]

, classé dans : Carnets

J’ai cliqué sur Google Images

Et j’ai vu la couverture du livre Moi, je n’avais que les pages intérieures. J’me fiche pas mal qu’on copie mes textes, pourvu qu’on lise mes images.

Le corps et l’esprit

Les Africains avaient débarqué dans le nord de la France Des Sud-Africains armés de lances et de boucliers de pacotille. Une image empruntée à cette période décidément mal connue de l’histoire de l’Europe et du monde qu’elle dominait alors. Celle de la guerre de 1914-1918. Il y avait eu la Guerre de Cent Ans aux 14è et […]

Appartenir au monde

CHRONIQUES D’UN ÉTÉ ORDINAIRE – 6. Gustave Roud était poète parmi les paysans. Il vivait en Suisse romande, avant, pendant et après la seconde guerre mondiale dans un monde rural traditionnel qui a basculé depuis dans la modernité. Roud savait que la réalité de ses compagnons n’était pas celle que le poète invente. Le drame […]

Pour la liberté de pensée

Au risque de choquer les tenants d’un ordre établi Nounours. Plutôt que de savoir si les habitants d’un pays sont bien ou mal dans leur peau, c’est le conformisme de la pensée qui est frappant. Les soi-disant spécialistes de chaque sujet susceptible d’occuper l’esprit ont confisqué la réflexion qu’ils restituent dans la presse et sur […]

Couleur de la nuit

France, années 50. Il se souvenait qu’étant gosse il avait peur de se retrouver seul dans le noir, la cave de la maison par exemple où il entrait en laissant la porte grande ouverte derrière lui, prenait en vitesse ce qu’il était venu chercher et ressortait le cœur battant. Que redoutait-il à ce point ? Un […]

, classé dans : Carnets

L’idée s’est renversée sur la table

Cet article est une appropriation du poème « La Révélation » de Zbigniew Herbert, poète polonais dont les textes sont publiés en édition bilingue par « Le Bruit du Temps », 2011 (bibliothèque Vert et Plume, 2012) Le fond des choses « deux ou trois fois j’ai été sûr de toucher au fond des choses de savoir Le facteur sonna, […]

, classé dans : Carnets

Béton, goudron, pognon

par François Valménié « Que cela semble absurde ! Mais tout semble absurde, et c’est encore rêver qui l’est le moins. » Fernando Pessoa (1888-1935), « Le livre de l’intranquillité », Vol.II [7]. Écrit entre 1913 et 1935, œuvre posthume parue en 1982 (bibliothèque Vert et Plume, éd. Bourgois – 1992). Un village de luxe Le « très beau village de […]

, classé dans : Carnets

Avis de recherche

« Le soleil eût été le meilleur instrument de précision – s’il ne bougeait pas tant. » Malcolm de Chazal « Sens-Plastique », éd. Gallimard (1948). Coll. « L’imaginaire », 1985 (bibliothèque Vert et Plume). Quatre séquences / 4. J.H. 17 ans recherche nymphe immobile, impudique et drôle… … pour boire le thé et faire l’amour, ou l’inverse. Tél. 04 07 […]

, classé dans : Carnets

Nos étés trop courts

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ; Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! Charles Baudelaire extrait de « Chant d’Automne » – Les Fleurs du mal – Spleeen et idéal (1857) La douceur éphémère d’un soleil couchant « Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère D’un glorieux automne ou d’un soleil couchant. »

Exposition de fossiles

C’est magique. Présenter le travail d’un artiste à la manière des galeries ou des musées. Pour agrandir les toiles, il suffit de cliquer dessus et de naviguer avec les flèches latérales qui apparaissent en faisant glisser la souris sur l’image. Désolé, il n’y a pas d’audioguide Les salles sont numérotées

Tuer les vieux

Commencer par les adjectifs 1.  Le compte de la vieillesse est vite réglé : avancé, croulant, patelin, désagréable, ancien, vétéran, centenaire, sempiternel… Stop ! Être jeune, n’est-ce pas avoir envie de débarrasser la planète des vieux qui l’encombrent ?

, classé dans : Carnets

Il pleut à Zanzibar

Mise à jour :  12 avril 2011. Nous sommes arrivés il y a deux jours sur l’île après un long périple en avion qui nous a conduits de Paris à Djibouti où nous avons mis pied à terre et réussi à boire une bière à la terrasse d’un café où se retrouvent les militaires français […]

, classé dans : Carnets
Plus d'articles