Rouge sur rouge

Mark Rothko [1903-1970] a peint ce tableau en 1957. Il dira plus tard que ses compositions de couleur sombre ont commencé cette année-là. « J’ai continué dans cette voix de manière presque compulsive ». 
Source : catalogue Rothko de la fondation Beyeler / Bâle.

Art de la méditation

 
Mark Rothko « N°46 [Noir, ocre, rouge sur rouge] », 1957. Sourcing image : petit catalogue de l’exposition « Les clés d’une passion » à la fondation Louis Vuitton (printemps-été 2015). Bibliothèque The Plumebook Café

Mark Rothko « N°46 [Noir, ocre, rouge sur rouge] », 1957. Sourcing image : petit catalogue de l’exposition « Les clés d’une passion » à la fondation Louis Vuitton (printemps-été 2015). Bibliothèque The Plumebook Café

 
Faites un essai : projetez l’image de ce tableau sur votre écran mural. Éteignez les autres lumières de la pièce. Débarrassez-vous de vos préjugés comme de vos vêtements, et entrez dans le tableau. Mieux vaut être deux. Chacun[e] confie à l’autre ce qu’il[elle] ressent.
Notre conseil : profitez de vos vacances pour prendre votre temps. La méditation est un processus de réflexion, profonde donc prolongée, sur une même idée, un même sujet.
Rien à voir avec le désir de consommation immédiate qui dévore notre cerveau.
Chronologie [suite]. En 1957, Rothko installe son atelier new-yorkais dans la 61e rue ouest. Au début de l’année son travail a été exposé à la Phillips Collection à Washington.
Il passe l’été en famille dans le Massachusetts, à Provincetown.
Nouvelle exposition à la rentrée au museé d’art contemporain de Houston. 
En France cette année-là, au mois de juillet, Jacques Anquetil remporte sa 1ère victoire dans le Tour de France, tandis que de l’autre côté de la Méditerranée la guerre d’Algérie se poursuit.
Structure du tableau. « 3 bandes de couleur disposées de façon symétrique. La plus sombre, placée en bas, permet d’enraciner l’image. La bande de couleur orangé clair, au centre, est juste au-dessous de 1.60 m de hauteur, au-dessous de l’axe de notre regard. Au lieu de s’imposer, le tableau paraît se refermer autour de celui [celle] qui prend le temps de le contempler. (…) » [adapté à partir du texte du catalogue de l’expo « Les clés d’une passion »]
 
En savoir plus : lire sur ce blog « Le choc Rothko ». Aller dans l’espace RECHERCHE de la page d’accueil.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*