Quitter Paris

Qu’est-ce qu’un Parisien aujourd’hui ?

Confidence, Paris, 2003. Photographie couleur de Thierry Fontaine, né à La Réunion en 1969. Biennale Lyon 2009.

Thierry Fontaine « Confidence », Paris – 2003. Photographie couleur. L’artiste est né à La Réunion en 1969. Sourcing image : catalogue de la Xè Biennale Lyon, 2009 (Bibliothèque Vert et Plume)

Do you speak French ?

A deux pas du Louvre, rue Bailleul, étroite, sombre, le genre d’endroit où l’on s’attend à rencontrer des courtisanes, sorties d’un sérail de la rue St Honoré toute proche,  exposant leurs seins comme des offrandes à l’entrée d’une sex-shop ou d’un bar louche. « Tu viens chéri. »

Grosse déception. La rue a été stérilisée. Les promoteurs ont investi le quartier au début des années 2000 pour construire des bureaux et des magasins ouvrant sur la rue de Rivoli. On y rencontre désormais des cadres en costume sombre tirant sur leur clope interdite. Entre deux bouffées de nicotine ils échangent les potins de leur boîte avec les secrétaires.

Du passé, il reste un garage-parking qui a un petit air des années 50, avec sa pompe à essence plantée à l’entrée. Une voiture qui fait le plein empêche les autres de passer. Charlotte attend pour sortir. Je suis resté sur le trottoir, jette un coup d’œil sur le pompiste comme pour l’inciter à se dépêcher. Tout se passe bien, la voie se libère. J’ouvre la portière du passager, grimpe à côté de Charlotte qui prend la rue de Rivoli et tourne en direction des quais. Nous sommes  happés par la circulation. Charlotte me demande de lui indiquer le chemin. Moi : « Reste au milieu pour le moment, ensuite tu prendras la voie sur berge et le périphérique jusqu’à la Porte d’Orléans. »

Malgré la longueur du trajet, je suis heureux de ne pas prendre le train pour rentrer à Annecy. Je l’ai emprunté durant des années, jusqu’à quatre fois par semaine !

 

Jonction des V1 N-S/E-O / Le centre, la cité d'affaires (2004) par Alain Bublex (artiste né en 1967 à Lyon)

Alain Bublex « Jonction des V1 N-S/E-O / Le centre, la cité d’affaires » (2004). Artiste né en 1967 à Lyon. Sourcing image : internet

 Que vais-je faire désormais ? « Tu devrais profiter de la vie » me disent mes amis. ui disaient-ils. Une expression qui signifie buller, rester dans le jardin les doigts de pied en éventail, ou faire du vélo, des ballades en mo ntagne, voyager, une croisière sur le Nil, un séjour en Bretagne, la découverte de la Chine, la traversée du désert en short avec un jerrycan d’Evian sur le dos, le pays Dogon, les anciennes cités gréco-romaines de Libye, l’Inde, le Brésil, la Patagonie, l’île de La Réunion et le volcan de la Fournaise, ce ne sont pas les destinations qui manquent.

J’ai tant voyagé depuis l’adolescence, découvert un si grand nombre de pays ! J’éprouve le besoin de traduire sous une forme encore indéfinie ce que j’ai envie d’appeler mon « expérience »,  un certain regard. Mêler une bonne fois l’imaginaire au réel. En toute liberté. Loin des modes de pensée préfabriqués plutôt que convenus.

Je me cale dans son fauteuil, enfile dans le lecteur un disque de Bill Evans et regarde défiler le paysage.

Il est devenu nécessaire de se désintoxiquer.

Inscription de Guy Debord sur un mur de la rue de Seine (1953)

Guy Debord (1931-1994). Sourcing images : Quarto spécial Debord publié par Gallimard (bibliothèque The Plumebook Café)

 

« Travail » était le nom de la drogue que j’ai consommée presque quotidiennement.
Quand j’avais 20 ans, je songeais sérieusement que je ne travaillerais jamais. Je me disais que je rencontrerais une fille fortunée dont les revenus seraient suffisants pour écarter les problèmes matériels. Le travail dans une entreprise me paraissait la pire des perspectives.  Je me voyais assez bien en artiste, photographe ou metteur en scène de cinéma, à la rigueur écrivain voyageur comme Paul Morand, L’idée de ne pas travailler me séduisait, tandis qu’elle rebutait la plupart de mes camarades qui voulaient montrer ce dont ils étaient capables.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*