Ne vois-tu rien venir ?

L’art de la politique

Philippe Ramette « Objet à voir le monde en détail / utilisation de cet objet » (1989-2004). Sourcing : librairie-carterie du Centre Pompidou, 2009. Collection Vert et Plume

« Je ne vois toujours rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie, »
répondit Anne à sa sœur qui lui demandait si, depuis la haute tour de la maison de son mari à la Barbe Bleue qui voulait la tuer, elle apercevait ses frères venus pour la sauver.
Charles Perrault (Barbe Bleue – Contes pour les petits, bibliothèque Vert et Plume)

Cet échange angoissé entre la femme de Barbe Bleue et sa sœur Anne était demeuré jusqu’aux années 60, dans la mémoire des jeunes Français qui avaient eu le bonheur d’entendre les contes de Perrault dans leur enfance. Ils reprenaient à leur compte les répliques des deux sœurs sur un ton de potache lorsqu’ils se retrouvaient par exemple au sommet d’un promontoire et que l’un d’eux demandait au plus haut perché s’il voyait quelque chose de là où il était.

Associés à la mise en scène photographique de Philippe Ramette, les vers de Charles Perrault illustrent ici la situation où se trouvent aujourd’hui les hommes politiques confrontés aux plus grands dangers. Enfermés dans leur rôle, ils n’ont d’autre solution que d’appeler à la rescousse les experts installés sur les tours du Savoir et qui, ne voyant rien venir, sont incapables de les éclairer.

A propos des artistes

. Charles Perrault. 1628-1709. Né à Paris dans une famille bourgeoise, diplômé de droit et avocat, il fut un collaborateur de Colbert. Ecrivit aussi bien des textes galants que religieux mais demeure célèbre pour ses contes destinés aux enfants, publiés  à partir de 1691 et réunis sous le titre  ‘Les Contes de ma mère l’Oye ».
Philippe Ramette. Né à Auxerre en 1961. Peintre rapidement devenu artiste plasticien. Philippe Ramette dit « qu’un artiste doit porter un regard décalé sur le monde », un conseil que les hommes politiques seraient bien avisés de reprendre à leur compte. L’artiste est le personnage principal des photographies qu’il expose, l’élément permanent, « c’est comme une signature ». hilippe Ramette se qualifie lui-même de « réalisateur d’images »

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*