Les bons enfants

Mise à jour : 11 sept. 2012

L’épilogue ou presque d’un fait-divers.
Histoire d’un étudiant frappé et tatoué dans le dos en lettres de sang .
Lire le précédent article à ce sujet : Fait Divers

La loi du silence

Oliver Frey "Barbarianh", 1987. Illustration de couverture de Crash micro game action magazine (1985-1991). Sourcing image : lire dans le Flash infos artiste

Brisant, à la suite de l’étudiant qui avait porté plainte, le silence complice qui entoure trop souvent les affaires de bizutage à l’entrée dans les grandes écoles françaises et les universités dites « de renom », la direction de l’université parisienne de gestion, où le scandale a éclaté, et les juges ont pris des décisions conformes àla loi : l’association dont les responsables avaient été à l’origine de l’affaire a été interdite (au grand dam des étudiants qui n’auront plus leur bal annuel, ni leurs sorties de ski, enfin… en attendant que d’autres reprennent le flambeau), un responsable a été exclu définitivement de l’université, un autre l’a été pour une durée de 4 années et les deux derniers pour 3 ans. Ils sont mis en examen pour violence volontaire avec arme et risquent jusqu’à 6 mois d’emprisonnement ainsi qu’une amende de 7500 euros.

Source : « Le Monde » 18-19 déc. 2011


Des rites humiliants

L’inanité des réflexions de certains étudiants ou anciens élèves,  à propos de la pratique du bizutage est effarante. Ainsi l’un d’eux déclare au journaliste qui l’interroge : « Si quelqu’un ne supporte pas une épreuve bon enfant, comment fera-t-il plus tard pour prendre des décisions difficiles ?« . De quel genre de décision parle-t-il : « Virer des gens, ou supporter une pression énorme de son chef. » Celui qui parle ainsi est sorti de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs de P. Triste caricature du cadre à l’intérieur de l’entreprise.

Oliver Frey "Dun Darach", 1984. Illustration de couverture de Crash micro game action magazine (1985-1991). Sourcing image : lire dans le Flash infos artiste

« D’abord, tu vas bouffer ce sac de croquettes pour chien. Ensuite tu ingurgiteras les deux bouteilles de whisky qui sont sur le comptoir. Allez, à quatre pattes ! Et magne-toi, on n’a pas qu’ça à foutre. Y’en a d’autres après toi ! »
(Propos construits à partir de récits des traitements infligés aux bizuts.)

Un repentant : « J’ai pris ça comme un rite initiatique, un peu comme dans les tribus africaines ou d’Amérique latine. C’est vrai, il y a une forme de violence psychologique. Un effet d’entraînement. Certains ont refusé de venir boire. Peut-être que j’étais plus con qu’eux. »

Flash infos artistes & supports

Effe B. "Corps soumis", 2012. Image reconstruite à partir d'un dessin original singé Zack

Crash.  Magazine de jeux vidéo anglais dans les années 1980, dont le tirage avait dépassé 100 000 ex. achetés essentiellement par des ados.

Cliquer :
http://www.outofprintarchive.com/articles/interviews/out-of-print/Roger_Kean_interview.html

Oliver Frey.   Né à Zürich en 1948, installé très jeune en Angleterre. Dessinateur et peintre de héros barbares, dessins de guerre, et BD gay sous le pseudo de Zack.  Dans ses histoires érotiques, Oliver Frey alias Zack joue sur l’ambiguïté sexuelle des rapports de force entre les partenaires.

Il met en scène un simulacre de consentement de la part du garçon agressé (jamais une fille) qui s’abandonne entre les bras de son agresseur (une femme dans l’image au-dessus, pour tous publics si l’on peut dire). Le garçon espère ne pas trop souffrir lors de la séance d’initiation qu’il va devoir traverser, tout en sachant que c’est un passage obligé. La victime est consentante, preuve qu’il ne s’agit pas d’un viol mais d’un jeu de rôles entre un jeune gay encore puceau et un ou… une partenaire plus âgé(e). Ces aventures-là sont disponibles sur Amazon-uk.

Cliquer :   http://www.amazon.co.uk/s/ref=nb_sb_noss_2/275-8189936-9886832?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Zack ou                    http://www.bookpalace.com/acatalog/Home_Oliver_Frey_Trigan_Empire.html

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*