Les bonnes intentions

Vivons ensemble

(Article mis à jour le 10 janvier 2011)
D’apparence très banal, ce précepte est en réalité si difficile à mettre en pratique qu’on voit chaque jour ou presque échouer des négociations, se prolonger des conflits armés, perdurer des haines religieuses et raciales, face auxquels l’artiste apparaît aussi désarmé qu’un adolescent.

Mouvement de contestation des étudiants. Accès à l'université de Lille III bloqué le 21 octobre 2010. Sourcing image : "Le Monde", 22.10.2010 (archives Vert et Plume)

Utopie ou échec ?

Même s’il prêche dans le désert, un public est heureusement disposé à écouter l’artiste et pourquoi pas à répandre ses idées pourvu que son travail ait un pouvoir de persuasion à défaut de séduction. Un seul bémol, de taille, il est peu probable qu’ils trouvent un éctio  auprès de ces classes populaires qu’ils aimeraient tellement toucher


L’art comme les études et la culture vont avec un style de vie. Plus que jamais, l’art populaire est  à réinventer. Il n’y a guère que  la musique, le vêtement  et la gestuelle qui échappent encore à la ségrégation sociale. On peut même parler à leur sujet d’influences croisées entre les différents groupes culturels qui composent une société moderne.

Contribution d’un artiste au débat sur l’identité nationale

Jompet Kuswidananto, « Java’s Machine ». L’artiste est né en 1976 en Indonésie où il vit (image imparfaite de l'installation, extraite du catalogue)

Jompet Kuswidananto, « Java’s Machine ». L’artiste est né en 1976 en Indonésie où il vit (image imparfaite de l'installation, extraite du catalogue)

L’identité nationale ne peut pas passer par ce qui divise : le drapeau, la politique, la religion, la race, le sexe, l’argent, autant de doctrines et de symboles qui constituent le fonds de commerce des politiciens de tous bords ; mais seulement par ce qui rassemble : l’art, la culture, la connaissance, la paix, la solidarité, le respect mutuel. Ainsi l’identité nationale est-elle un idéal maintes fois décrit qui n’est que rarement respecté. Particulièrement dans les pays européens qui ne sont pas prêts defaire le deuil de leurs vieux démons. A la moindre occasion, ils resurgissent. « Malheur aux vaincus ! »

Dessins stambouliotes aux frontières de la B.D.

Dessins de Ceren Oykut : scènes de la vie quotidienne à Istanbul (2009). Extrait d’un ensemble exposé au Musée d’Art Contemporain de Lyon. Ceren Oykut vit dans la capitale économique de la Turquie où elle est née en 1978

Dessins de Ceren Oykut : scènes de la vie quotidienne à Istanbul (2009). Extrait d’un ensemble exposé au Musée d’Art Contemporain de Lyon. Ceren Oykut vit dans la capitale économique de la Turquie où elle est née en 1978

Je vous ai apporté des bonbons

Lee Mingwei, « The Moving Garden » - 2009. Né en 1964 à Taïwan, l’artiste Vit entre New-York et Berkeley Commentaire

Lee Mingwei, « The Moving Garden » - 2009. Né en 1964 à Taïwan, l’artiste Vit entre New-York et Berkeley Commentaire

Frappée par la lecture d’un texte d’un sociologue américain au sujet du concept de cadeau dans nos sociétés marchandes, l’artiste a voulu mettre des fleurs à la disposition des visiteurs à la condition qu’ils les offrent ensuite à l’extérieur du musée à une personne inconnue de leur choix qu’ils rencontreront sur un autre chemin que celui qu’ils empruntent habituellement. Un enfant qui avait pris une fleur pour l’offrir à sa mère, en entendant les règles à respecter, l’a aussitôt reposée, un autre qui en avait pris sans demander la permission à ses parents s’est fait disputer. Il n’est pas sûr que le scénario imaginé par l’artiste ait souvent fonctionné. Il en faudra plus pour battre en brèche le pouvoir de la publicité.

La voiture terrasse

Parlant de fleurs, on se souvient tout-à-coup des petits carrés de pelouse récemment présentés à Paris pour servir non seulement à calmer l’ivresse de goudron, de bruit et de gaz d’échappement  mais aussi à accueillir le promeneur le temps d’une halte.

Joël Auxenfans, voiture terrasse – 2009. Exposée à Paris en oct. 2009 à l’occasion de SLICK 09. L’artiste est représenté par Heartgalerie

Joël Auxenfans, voiture terrasse – 2009. Exposée à Paris en oct. 2009 à l’occasion de SLICK 09. L’artiste est représenté par Heartgalerie (photo V&P)

Exposée dans l’enceinte du 104, le nouvel espace d’art contemporain de Paris, la voiture terrasse d’une surface de 1 m² est un compromis entre voiture et gazon. Une solution imaginée par Joël Auxenfans (un artiste né en 1962, habitant à Paris)  pour installer un espace vert dans une ville écrasée par la circulation automobile. L’artiste a inauguré la voiture terrasse dans sa rue.

De fil en aiguille

De la voiture terrasse à la voiture farniente il n’y a qu’un pas…

Dessin de Wolff « Farniente » paru dans le journal Pilote au début des années 70

Dessin de Wolff « Farniente » paru dans le journal Pilote au début des années 70

Tandis que la voiture terrasse est adaptée aux rues de la capitale, la voiture farniente est recommandée aux Parisiens en villégiature sur les bords des lacs savoyards.

1 commentaire

  1. serge

    Quelqu’un sait où on peut trouver sur le web d’autres images des véhicules de wolff ? Il faisait un dessin chaque mois dans Pilote… J’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*