Le théâtre des vivants

La théérie du ruissellement a inspiré cet article. L’économiste française Esther Duflo [née en 1972], qui enseigne en France et aux États-Unis, parle à ce sujet de « raisonnement économique simpliste », propre aux hommes politiques. Or en économie les choses ne ont jamais simples.
Selon ce raisonnement, les avantages dont on ferait bénéficier les personnes les plus fortunées bénéficieraient à l’ensemble de la société.
Plus les riches s’enrichiraient, plus ils seraient enclins à dépenser. Dans leur cas on dit plutôt à « investir », c’est-à-dire qu’ils dépensent à condition que cela leur rapporte un bénéfice supplémentaire.
Et, de la même manière que l’eau d’une source ruisselle du sommet de la montagne jusque dans la vallée, la fortune des riches irriguera tous les échelons de la société.

Ma maison, et mon usine

Camille Corot « La maison et l’usine de monsieur Henry », 1833. Peinture à l’huile, 80.7 x 98 cm. Sourcing image : COROT par Iain Gale, Studio Editions (1994). Bibliothèque The Plumebook Café

Camille Corot « La maison et l’usine de monsieur Henry », 1833. Peinture à l’huile, 80.7 x 98 cm. Sourcing image : COROT par Iain Gale, Studio Editions (1994). Bibliothèque The Plumebook Café

Prenons l’exemple de ce monsieur Henry qui possède à Paris un appartement situé au dernier étage d’un immeuble…

Ma femme

Camille Corot « Odalisque romaine, Marietta La maison et l’usine de monsieur Henry », 1843. Peinture à l’huile, 29.3 x 42.2 cm. Sourcing image : COROT par Iain Gale, Studio Editions (1994). Bibliothèque The Plumebook Café

Camille Corot « Odalisque romaine, Marietta La maison et l’usine de monsieur Henry », 1843. Peinture à l’huile, 29.3 x 42.2 cm. Sourcing image : COROT par Iain Gale, Studio Editions (1994). Bibliothèque The Plumebook Café

Son appartement ouvre sur une terrasse où abondent les fleurs, les plantes et les arbustes qu’un employé arrose chaque matin…

 

Mes investissements en Afrique

Cheikh Ndiaye « Théâtre Apolo », 2015. Huile sur toile, 200 x 200 cm. Sourcing image : catalogue de l’exposition de la Fondation Blachère à Apt, oct.2016-janv. 2017 (bibliothèque The Plumebook Café)

Cheikh Ndiaye « Théâtre Apolo », 2015. Huile sur toile, 200 x 200 cm. Sourcing image : catalogue de l’exposition de la Fondation Blachère à Apt, oct.2016-janv. 2017 (bibliothèque The Plumebook Café)

N’ignorant pas que l’eau est facturée à son patron à un prix avantageux, l’employé met en marche le système d’arrosage, et retourne dans l’appartement …

 

Cheikh Ndiaye « Cinéma Bio Scope, Tryville, Johannesburg », 2015. Huile sur toile, Théâtre Apolo », 2015. Huile sur toile, 198 213 cm. Sourcing image : catalogue de l’exposition de la Fondation Blachère à Apt, oct.2016-janv. 2017 (bibliothèque The Plumebook Café)

Cheikh Ndiaye « Cinéma Bio Scope, Tryville, Johannesburg », 2015. Huile sur toile, Théâtre Apolo », 2015. Huile sur toile, 198 213 cm. Sourcing image : catalogue de l’exposition de la Fondation Blachère à Apt, oct.2016-janv. 2017 (bibliothèque The Plumebook Café)

Quand l’émployé revient sur la terrasse, l’eau déborde de toutes parts et « ruisselle » sur les étages inférieurs dont les propriétaires, avertis, ont cessé d’arroser. Ils réalisent ainsi des économies qui viennent grossir leur propre capacité d’investissement. Et ainsi de suite jusqu’à la concierge au rez-de-chaussée.

 

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*