Le nez de Cléopâtre

De Marc-Antoine, on dit qu’il se laissait mener par le bout du nez

François Buffard « Le nez de Cléopâtre », collage (1973). Sourcing image : collection The Plumebook Café (Tous droits de reproduction réservés)

« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. »
Blaise Pascal (1623-1662), Pensées VIII, 29.

Le souvenir des charmes de l’Orient

Cléopâtre (69-30 avant J.-C.) était reine d’Egypte, un pouvoir qu’elle partageait avec son frère et mari Ptolémée Dionysius.  Détrônée en 48 avant J.C., elle récupéra son trône l’année suivante grâce à l’intervention de l’armée romaine emmenée par Jules César qui devint son amant. Ensemble ils eurent un fils. Jules malheureusement fut assassiné en 44 par les sénateurs romains, parmi lesquels son propre fils, qui l’accusaient de vouloir se proclamer empereur.

En 41, le consul romain Marc-Antoine, qui partageait avec un certain Lépide et Octave (le fils adoptif de Jules César) la conduite de la République et s’était installé en Egypte pour administrer les provinces orientales, ne résista pas à la beauté de Cléopâtre. Il répudia sa femme Octavie, qui était demeurée à Rome.

Henri Matisse « Souvenir de Biskra, Algérie », aussi appelé le « Nu bleu » (début 1907)Huile sur toile. Sourcing image : « Matisse et Picasso »par Yve-Alain Bois, éd. Flammarion (1999). Bibliothèque Vert et Plume

Encore adolescents, mes amis et moi étions tombés sous le charme d’un Orient qui n’était pas voilé. Nous appelions les danseuses nos « loukoums nus » et répétions souvent cette expression, avec une gourmandise affichée.
Nous n’avions pas honte. Moi, je songeais à Flaubert dont j’avais lu les carnets de voyage en Egypte avec son ami Maxime Du Camp.

SUITE.  Quand son armée fut défaite lors de la bataille d’Actium par celle d’Octave  devenu son rival, Marc-Antoine se suicida et Cléopâtre choisit à son tour de se donner la mort en se faisant mordre par un serpent. Tout un symbole.

Ce qui fit dire à notre philosophe Blaise Pascal (1923-1662) que le cours de l’histoire aurait été changé sans les charmes de Cléopâtre, faisant allusion au pouvoir de séduction de la reine. Une arme qu’elle avait utilisée avec efficacité, comme en use habituellement les femmes qui en sont dotées. Une réalité bien connue en France, autant sous la République qu’autrefois sous l’Ancien Régime, et pas seulement dans les allées du pouvoir…

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*