Le marketing m’a tué

Assis dans la salle d’attente d’un jeune praticien, je feuillette les magazines abandonnés sur la table basse devant moi. Différents de ceux que l’on voit d’ordinaire chez le coiffeur. Branchés mode masculine et politique plutôt qu’actualités people, lingerie, home et alimentation. Vous avez lu, je n’ai pas écrit « maison », « home » avec le « h » aspiré qui fait tousser les Français, c’est mieux, comment dire… tellement plus expressif.

L’air du temps

Claude Closky « Town & country / Ville et capagne (To die… / Mourir…), 2007-2009. Collage et crayon sur papier. Sourcing images: exposition « Intense Proximité » au Palais de Tokyo, printemps-été 2012 (photo Vert et Plume, mai 2012)

Je suis frappé par les stéréotypes de tous ces magazines visant pour le coup une clientèle essentiellement masculine. Style des photos, des hommes et des femmes qui posent pour les publicités, titres préfabriqués des articles, jusqu’au trait des dessins, le papier glacé des couvertures. Bref, tout est convenu, sans sel, sans la moindre originalité.

Une mise en page de l’ennui, de l’impuissance, des faux-semblants. Sur la couverture de L’Express (je n’avais pas regardé ce « news magazine » depuis qu’il n’est plus dirigé par J.J.S.S. et son égérie), un titre vulgaire pour livrer les dirigeants politiques du moment à la vindicte populaire, style Berlusconi parlant du gouvernement qui a succédé au sien.

Plusieurs jours après, quand on interroge le Président pour savoir ce qu’il pense du ton vindicatif des médias à son égard, il répond que les journalistes font leur travail, que c’est très bien ainsi. Tous, assis dans la grande salle des fêtes du Palais, dégoulinante de dorures et de cristal, roucoulent. Le lendemain matin, les éditoriaux soulignent l’habileté du Président et la manière sont il a réussi à séduire la presse. Le formatage des esprits me laisse pantois. Ce n’est pas à la mort des médias traditionnels ni à celle du politique que l’on assiste mais à la disparition de la créativité.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*