Le gymnase

Gymnase. N.m. Anti. Grec. Établissement public de culture physique. V. Académie, palestre. Les athlètes grecs, nus ou demi-nus, s’entraînaient dans le gymnase au lancement du du disque et du javelot, à la lutte, à la course à pied, etc. (Source : Le Robert, dict. de la langue française, 1972)

Quel âge a-t-il ?

Art gréco-romain "Discobole, fresque de la tombe des Olympiades", Tarquinia (Italie). Sourcing image : photo de René Percheron-Ziolo (date n.c.) illustrant "Les Olympiques" de Montherlant (collection Folio, 1973 - éditions Gallimard, 1954)

Le modèle antique.

A peine plus de 20 ans. Avec sa bicyclette, il a trouvé un emploi de coursier dans une société, rue de la Sourdière. Ce travail lui plaît parce qu’il lui permet de parcourir les rues de la capitale. Quand il l’a annoncé à ses parents, sa mère a dit d’un ton sentencieux « C’est déjà bien ! ». Son père n’a pas fait de remarque. Pas besoin qu’il s’exprime pour comprendre qu’il trouvait le job minable. Mais lui s’en fiche. Ce que pense son père lui est bien égal.

Il n’a pas peur de la circulation, se glisse entre les véhicules comme un chat dans un interstice et réapparait en tête, dressé sur le pédalier, les cheveux au vent.

Un matin sur deux, pour entretenir sa force et son agilité, il se rend dans un ancien club de culture physique qu’il a repéré à cause de son enseigne dans le style des années 30. Il y côtoie d’autres garçons de son âge qui rêvent d’aventures dans les anciennes colonies, de traversées du désert ou de parcours dans la forêt amazonienne.

Enseigne au-dessus de la porte cochère d’un immeuble de la rue de la Soudière, Paris – 1er. Sourcing image : photo Vert et Plume, mai 2010

Les années 30.

L’âge des apprentissages

Il pousse la porte du club à 6 h du matin. Il a deux heures devant lui. Il se débarrasse de ses vêtements,  et entame sa séance sans perdre de temps. Il suit un programme, toujours le même, qu’il a concocté à partir du livre d’un vieux professeur parisien auquel il a ajouté des exercices tirés de magazines américains de culture physique, abondamment illustrés.

Luke Smalley « Gymnasium ». Sourcing image : « Gymnasium », first edition by Twin Palm Publishers, mars 2001 (image d’archives Vert et Plume

1ère moitié du XXème siècle.

Pour se dérouiller il commence par le rameur, 15 minutes. Suivi du vélo, 15 minutes également. Une demi-heure est déjà passée. Ensuite, musculation. Son objectif estt de dessiner les contours de tous ses muscles afin qu’ils soient parfaitement visibles lorsqu’il se déshabille en public au lieu d’être noyés sous la graisse. Trois séries de 12 mouvements pour chaque exercice. Il ne parle à personne, respire régulièrement, avec le ventre : 3 expirations pour 2 inspirations.

Les jambes pour commencer, les cuisses, les fesses, très important d’avoir des fesses rondes et musclées. Puis les épaules, le cou, les bras et les pectoraux (ils doivent être proéminents et durs avec des tétons bien dessinés). Pour finir les hanches et les abdos dont le dessin cette fois doit reproduire celui des carreaux d’une plaquette de chocolat.

Dans sa chambre il affiche des photos d’athlètes

« Popular Man », magazine américain (couverture -1959). Sourcing image : téléchargement internet

L’après-guerre.

En rentrant chez lui, le soir, il a faim. Rien ne paraît le réjouir autant que la perspective de déguster des aliments naturels, sans autre préparation que la cuisson quand il s’agit de pâtes par exemple ou de ratatouille, ou la vinaigrette s’il choisit de manger, disons un avocat. Il a dressé la liste de ses plats préférés.

A commencer par les Entrées : Avocat avec olives noires au naturel  /  Avocat vinaigrette / Taboulé aux légumes frais  /  Carottes râpées  /  Salade de tomates bio avec vinaigrette et filets d’anchois ou thon au naturel.

Vient ensuite le Plat Principal – Main course : Tagliatelles al dente au beurre avec une tranche de saumon sauvage d’Ecosse  /  Sardines au naturel sur tranche de pain de campagne grillé et beurré  /  Rôti de veau froid en tranches fines sur pain grillé et mousseline d’épinards tiède.

Ratatouille niçoise bien cuite et débarrassée de son eau, avec une tranche de jambon blanc bio.

Et contemple ses nouveaux vêtements de sport

Short et sweat-shirt Adidas, portés par un mannequin. Sourcing image : magazine CRASH, années 2000 (archives Vert et Plume)

Époque moderne.

Les Fromages : Morceau de comté bio avec olives noires au naturel ou cerneaux de noix bio du Dauphiné.  /  Roquefort bio sur tranche de pain grillé et beurré.

S’il mange les fromages aussitôt après le Plat principal, il attend pour les Desserts d’avoir débarrassé la table, nettoyé et rangé, et surtout de s’être changé.

Il essaie de nouveau short qu’il mettra le samedi pour aller courir aux Tuileries, un tee-shirt qu’il mettra l’après-midi par-dessus un jean pour se balader jusqu’au Forum des Halles.

Il choisit un film qu’il regarde sur son ordi en mangeant un Dessert : Figues sèches bio  /  Yaourt bio aux myrtilles ou nature avec de la confiture de mûres de l’Ardèche, un goût qu’il apprécie particulièrement. Il peut encore éplucher une poire ou un kiwi.

Ne manque plus que la liste des Boissons qu’il ingurgite : un verre de lait entier  /  de l’eau de source  /  du nectar de myrtilles bio, qu’il boit presque religieusement. Savoure chaque instant de la déglutition et ressent la fraîcheur de ce parcours comme un bienfait.

Un symbole de pureté dont il attend presque, en fermant les yeux, qu’il opère ce miracle qui le motive tant : ressembler à l’athlète de la couverture de « Popular Man ».

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*