Le Chat de l’écrivain

En quittant Paris, sa fille avait sonné à sa porte. Elle avait un drôle d’air en lui demandant s’il « ne voulait pas LE garder » ?

Ce disant, elle avait déposé sur le paillasson un panier en osier où était enfermé son chat.

Il s’était penché pour voir quelle tête l’animal faisait là-dedans. Il paraissait très sage. Il ronronnait même !  Son poil gris dessus, blanc dessous lui avait rappelé celui du chat qu’il avait eu vers l’âge de 8 ou 9 ans. Il s’était même souvenu l’avoir baptisé « Aspro », du nom d’un médicament contre les maux de tête dont le pharmacien, qui était sur le chemin de l’école, faisait la publicité dans sa vitrine.
Il avait décidé d’appeler celui-ci le « Chat », tout simplement. « Allez, viens le Chat ! »

Signature de l’artiste en bas à droite « Chat observant son maître à travers le chat d’une plume Sergent-Major », année inconnue. Sourcing image : collection The Plumebook Café, années 1998-2000

Signature de l’artiste en bas à droite « Chat observant son maître à travers le chas d’une plume Sergent-Major », année inconnue. Sourcing image : collection The Plumebook Café, années 1998-2000

Voila à peine un an que sa fille vit en Savoie. Elle lui adresse régulièrement des cartes postales. Elle écrit qu’elle se plaît beaucoup à Évian. Elle songe à s’y établir. Elle voudrait acheter un local pour en faire une galerie d’art.

Dans sa dernière carte, elle demande des nouvelles du Chat.

Pendant il écrit cet article pour The Plumebook Café, le Chat s’étire en appuyant le dos contre les coussins d’un fauteuil. Ses griffes se plantent dans le tissu, arrachent quelques fils en se retirant.

L’écrivain l’l’observe sans rien dire.

Les yeux jaunes du Chat sont fixés sur lui, comme s’il essayait de lire dans ses pensées d’écrivain.
Ils  échangent une sorte de sourire complice. Aussi longtemps que l’écrivain écrira, le Chat n’ira pas se coucher dans la cuisine où l’écrivain a l’habitude de l’enfermer au moment d’aller dans sa chambre.

L’écrivain sait bien qu’il pourrait laisser le Chat s’installer sur son lit.
Depuis que Victoire est partie, il vit seul..

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*