L’aptitude au désir

CHRONIQUES D’UN ÉTÉ ORDINAIRE – 3.

Un homme et une femme qui s’aiment ont une conversation. Ils parlent de ce qui les passionne : eux-mêmes, et l’art.
Entre deux dialogues, ils se taisent. Ce n’est pas qu’ils n’ont rien à se dire : ils pensent.
Stéphane Zagdanski « Autour du désir » (éd. Le Passeur, 2001). Bibliothèque Vert et Plume (07/2001)

La loi de la nature

Pablo Picasso « La dormeuse », 13 mars 1932. Fusain et huile sur toile. Sourcing image : Yve-Alain Bois « Matisse et Picasso », éd. Flammarion (1999) Bibliothèque Vert et Plume, déc.99

EXTRAIT. « Les Exilés » de James Joyce (une pièce montée en 1970 par Harold Pinter)

Rober  irrité.  Aucun homme encore n’a vécu sur cette terre, qui n’ait désiré posséder – je veux dire posséder dans la chair – la femme qu’il aime. C’est la loi de la nature.

Richard  méprisant.  Que m’importe, à moi ? L’ai-je votée ?

Le héros-fleur

John William Waterhouse « Echo et Narcisse », 1903. Sourcing image: journal “Libération”, 21 juin 2012 (archives Vert et Plume)

Narcisse est le désir du Même, le désir homosexuel par essence.

Narcissse a ceci de comparable avec Apollon, qu’il est confiné dans l’étendue pure, son espace n’est pas contaminé par l’altérité sexuelle du corps. Apollon est d’ailleurs le premier dieu à aimer un homme : Hyakinthos, double de Narcisse et comme lui héros-fleur crétois.

L’aptitude au désir

Si Narcisse se désire lui-même, ce n’est pas parce qu’il est désirable, mais possédé aux deux sens du mot : il est floué (il va se noyer en croyant rejoindre son image qu’il prend pour un autre), et il possède déjà ce qu’il désire (lui-même).

John Singer Sargent « Tommies bathing », 1918. Aquarelle, gouache et dessin au crayon graphite sur papier blanc. John Esten « Sargent, the male nudes », éd. Universe (1999). Bibliothèque Vert et Plume

Les « Tommies » : ainsi appelait-on durant la 1ère guerre mondiale les simples soldats de l’armée britannique.

Le vrai désir est singulier. Il y a autant de désirs différents que d’êtres aptes au désir, ce que tous ne sont pas. Certains sont inaptes au vrai désir, même s’ils sont apparemment sujets au plaisir.

Flash infos artistes, écrivains & mythologie

Mc Dermott & Mc Gough “Because of him / A cause de lui”, 1966. Sourcing image: FIAC 2009 – côté Grand-Palais / galerie Jérôme de Normont (photo Vert et Plume, oct.2009)

Écho. Nymphe punie par Héra, qu’elle entretenait longuement pour permettre à ses compagnes aimées de Zeus de prendre le temps de se dissimuler. Le châtiment d’ Écho consiste à bredouiller des paroles qui ne lui appartiennent pas. Aussitôt qu’elle voit Narcisse elle s’en éprend. Mais son désir est sans corps, c’est un désir virtuel. Écho se dessèche d’amour, figure du désir qui tourne à vide par impossibilité de se communiquer à autrui.

Écho s’éprend de Narcisse qui ne saurait se laisser altérer par le désir d’autrui puisqu’il ne peut désirer nul autre que lui-même. (source : texte de Zagdanski)

Mc Dermott & Mc Gough “Because of him / A cause de lui”, 1966. Sourcing image: FIAC 2009 – côté Grand-Palais / galerie Jérôme de Normont (photo Vert et Plume, oct.2009)

Héra. Sœur et épouse de Zeus. Protectrice de la femme, déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple.

James Joyce. 1882-1941. Romancier et poète d’origine irlandais dont le livre le plus célèbre est Ulysse, traduit en français chez Gallimard.

John William Waterhouse. 1849-1917. Peintre anglais. Néoclassique qui a peint des scènes inspirées de la mythologie et de la littérature.

Stéphane Zagdanski. Romancier et essayiste français né à Paris en 1963.

Zeus. Dans la mythologie grecque, Zeus est le maître de l’Olympe, fils du Temps et de Rhéa, elle-même fille du Ciel et de la terre. Il a pour symboles l’aigle et le trait de foudre.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*