La statue qui accoucha d’un arbre

 
Claude Lévi-Strauss, dans son livre publié en 1993 chez Plon : « Regarder, Écouter, Lire », reprenant à son compte les mots de Kant à propos de l’art considéré comme finalité sans fin. 
 

Le temps ne fait rien à l’affaire

Marlene Dumas « In the beginning / Au commencement », huile sur toile (1991). Image extraite de « Measuring your own grave », exposition au musée d’art contemporain de Los Angeles (2008)

Marlene Dumas « In the beginning / Au commencement », huile sur toile (1991). Image extraite de « Measuring your own grave », exposition au musée d’art contemporain de Los Angeles (2008). Bibliothèque The Plumebook Café, 03/2009

Supprimer au hasard dix ou vingt siècles d’histoire…
Claude Lévi-Strauss (livre cité)
 
HISTOIRE ET NATURE HUMAINE.  Vues à l’échelle des millénaires, les passions humaines se confondent. Le temps n’ajoute ni ne retire rien aux amours et aux haines éprouvées par les hommes, à leurs engagements, à leurs luttes et à leurs espoirs. Jadis et aujourd’hui ce sont toujours les mêmes. Supprimer au hasard dix ou vingt siècles d’histoire n’affecterait pas de façon sensible notre connaissance de la nature humaine.
LA DIFFÈRENCE.  Les hommes ne différent et n’existent que par leurs œuvres… Elles seules portent l’évidence qu’au cours des temps, parmi les hommes, quelque chose s’est réellement passé.
DANS LES PLAINES DE L’AMÉRIQUE DU NORD.  Les hommes peignaient des scènes figuratives ou des décors abstraits sur des cuirs de bisons et d’autres supports. Aux femmes revenait l’art de la broderie en piquants de porc-épic.
AU COMMENCEMENT.  L’enfant configure les objets selon des formes conventionnelles qui lui sont enseignées. Une forme d’art naïf, éloignés d’une représentation réaliste.
EXEMPLE DE L’ART HÉRALDIQUE.  Quand cet art a imaginé les couronnes, il ne pouvait pas savoir que ces objets reproduisaient par leur forme des états très fugitifs de la matière. Une couronne de Comte offre l’image précise de l’éclaboussure projetée par une goutte de lait tombant dans ce liquide. Mais pour qu’on le sache il fallait que la chronographie fût inventée.
SALVADOR DALI.  La structure miraculeuse de l’acide désoxyribonucléique.
 

L’expression orale a produit de grandes œuvres 

 
Léon François Bénouville « La colère d’Achille », 1847. Sourcing image : programme du Théâtre des 13 vents, Montpellier – saison 2011-12 (archives The Plumebook Café)
Léon François Bénouville « La colère d’Achille », 1847. Sourcing image : programme du Théâtre des 13 vents, Montpellier – saison 2011-12 (archives The Plumebook Café)
Nous qui ne voyons plus le surnaturel en face, le remplaçons par ses symboles conventionnels ou par des personnages humains ennoblis.
Claude Lévi-Strauss (livre cité, p.152)
 
Sans l’écriture, l’expression orale produit de grandes œuvres confiées d’abord à la seule mémoire : poèmes homériques [Illiade et Odyssée], chansons de geste [Chanson de Roland], mythes [celui d’Achille, demi-dieu fils du roi Pélée et de la déesse Thétis].
AU SUJET D’ACHILLE, Patrocle dit que le corps de son ami a l’odeur des amandes et de la terre. Avant qu’Achille ne l’étreigne avec force et ne presse ses lèvres comme des raisins. (« The Song of Achilles » de Madeline Miller)
ART PRIMITI.  En deux sens : soit que l’insuffisance du savoir-faire et de moyens techniques limitent la capacité d’expression de l’artiste, soit que le modèle présent à son esprit est surnaturel et échappe par essence aux moyens sensibles de représentation.
LA QUALITÉ ESTHÉTIQUE.  Il arrive souvent dans l’histoire de l’art que cette qualité diminue quand s’accroissent le savoir et l’habileté technique.
BÉNOUVILLE.  Contrairement à Ingres, Bénouville n’a pas renoncé au clair-obscur, le procédé du modèle dans le clair. Son Achille ressemble davantage à un Romain dans l’empire décadent qu’au héros de la Grèce antique.
PATROCLE.  Je n’avais plus besoin de me dissimuler pour contempler Achille. Mes yeux pouvaient s’attarder sans feinte sur les traits de son visage, parcourir les lignes de son corps. Je pouvais laisser paraître mon émerveillement, admirer le teint doré de sa peau, m’enivrer du parfum de son corps (livre cité, chap. 10)
L’ART ET LE SURNATUREL.  L’art des peuples sans écriture renvoie à la nature ou à la convention, ou bien aux deux, Il renvoie aussi au surnaturel. Les représentations conventionnelles tiennent lieu de grammaire dont on applique consciemment ou non les règles.
La langue des indiens de la Californie distingue les vérités d’expérience et les croyances. C’est toujours par la catégorie grammaticale d’expérience que l’on s’exprime au sujet du surnaturel.
L’ART DES SIOUX.  Les motifs, schémas le plus souvent géométriques étaient éloignés de la nature. Ils été pourtant censés représenter des réalités supérieures.
 

 Un jour on entendit des craquements de bois

 
Serge Clément et Marina Karena « Drawings and polychrome sculptures », années 2000. Sourcing image : « (t)here magazine, bibliothèque The Plumebook Café

Serge Clément et Marina Karena « Drawings and polychrome sculptures », années 2000. Sourcing image : « (t)here magazine, bibliothèque The Plumebook Café

Qui connaît encore les mots de la vannerie ?
 
L’ART EST MORTEL.  Qui connaît encore aujourd’hui les mots de la vannerie : mandrerie, closerie, faisserie, lasserie. Ils désignent les quatre types principaux d’ouvrages que comprend l’art de la vannerie.
LES PANIERS.  Un peu partout dans le Nouveau Monde on tient les paniers pour des objets particulièrement sensibles. 
On hésite à maltraiter ce qui reste d’objets intimement liés à la personne de leur utilisa teur. « C’est une chose que les femmes avaient constamment avec elles ».
… quand meurt l’esprit du panier. Nous sommes toujours placés devant ce choix : rompre avec le passé, même récent, ou conserver mais jusqu’à quand ?
UNE PERTE IRREMPLAÇABLE. La seule perte irremplaçable serait celle des œuvres d’art que les siècles ont vu naître.
SUR LES ÎLES CHARLOTTE.  Un jeune chef, dont la femme était morte prématurément, avait commandé à un sculpteur une statue en souvenir d’elle. L’artiste se mit au travail à partir d’une bille de thuya qu’il avait spécialement choisie. Quand la sculpture fut achevée le jeune chef remercia l’artiste avec générosité car il appréciait son travail. Ses visiteurs furent frappés par la ressemblance de la statue avec la défunte.
Un jour on entendit des craquements de bois. Le jeune chef souleva la statue et s’aperçut qu’un petit arbre poussait au-dessous.
 

Flash infos artistes et écrivain

 
Léon François Bénouville  1821-1859. Peintre français, lauréat du pris de Rome.
Serge Clément.  Né en 1933. Artiste français. Travaille depuis 1997 avec Marina Karena.
Marlène Dumas.  Née en 1953 au Cap (Afrique du sud). Plusieurs tableaux de cette artiste visibles sur le blog. Aller dans l’espace Recherche.
Marina Karena.  Née en 1945. Artiste d’origine yougoslave.
Claude Lévi-Strauss. 1908-2009. Anthropologue, ethnologue et écrivain français de renommée internationale. « Tristes Tropiques » est son livre le plus fameux.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*