Jean-Michel Basquiat et la liberté d’expression

« Jean-Michel Basquiat se voyait comme un artiste mais cela dissimulait sa capacité profonde à agir comme une sorte d’oracle qui distillait sa perception du monde extérieur jusqu’à en tirer la quintessence… »
Fred Hoffman, 1994 (« Les années déterminantes, 1981-1983 » pour le livre mentionné sous l’image, p.129)
[Hoffman a travaillé avec Basquiat pour la production de ses sérigraphies numérotées,  puis l’utilisation de l’imagerie sérigraphique dans ses toiles]
 

Être Noir dans un monde conduit par les Blancs

Jean-Michel Nasquiat « Sans titre (God/Law) », 1981. Crayon gars sur papier, 27.3 x 21.6 cm. Sourcing image : « Basquiat », livre collectif publié à l’occasion de l’exposition au Brooklym Museum, mats-juin 1995. Éditions Flammarion (bibliothqèue The Plumebook Café, 1995)
Jean-Michel Nasquiat « Sans titre (God/Law) », 1981. Crayon gars sur papier, 27.3 x 21.6 cm. Sourcing image : « Basquiat », livre collectif publié à l’occasion de l’exposition au Brooklym Museum, mats-juin 1995. Éditions Flammarion (bibliothqèue The Plumebook Café, 1995)
« On s’est moins intéressé au pouvoir des œuvres de Basquiat de transcender l’individuel pour aborder des problèmes plus amples et des thèmes universels. »
Fred Hoffman (livre cité)
 
Nombre d’œuvres importantes de Jean-Michel Basquiat nous rappelle que dans tout système de pensée les idées, pour s’exprimer librement, doivent cohabiter avec les idées contraires. Un réalisme inspiré de sa situation personnelle, celle d’un jeune Noir dans un monde artistique dominé par les Blancs.
Ainsi, explique Fred Hoffman, le dessin reproduit ci-dessus illustre-t-il la nécessité pour l’artiste, s’il veut jouir de sa liberté d’expression, de prendre en compte les contraintes qu’impliquent la notion [très américaine mais très peu française] de responsabilité sociétale. Symbolisée par cette balance en parfait équilibre entre la Croyance (GOD) et la Loi (LAW). Curieusement Hoffman ne fait pas mention du sigle du Dollar pourtant bien visible sous le fléau de la balance. Manière pour l’artiste d’exercer, de fait, sa liberté d’expression en soulignant que la Croyance tout comme la Loi sont dans la pratique tributaires de l’Argent.
Fred Hoffman explique encore qu’il a pris conscence en travaillant avec Basquiat du souci qu’avait l’artiste d’incorporer la dichotomie Noir-Blanc dans son travail.
Basquiat met en scène des oppostions suggestives : Richesse-Pauvreté, Intégration-Ségrégation, Histoire de rappeler que le monde n’est pas perçu de la même manière selon le côté où l’on se trouve. 
Et toujours l’opposition des couleurs noir et blanc.
[Elles sont inversées par la sérigraphie qui transforme en blanc ce qui était noir et inversement…]

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*