Il est tout nu

« La pudeur est en elle-même une pulsion négative plutôt que positive, Elle exige de nous une renonciation à certains actes que nous prendrions plaisir à accomplir en d’autres circonstances. »
John Carl Flügel « Le rêveur nu », éditions Aubier Montaigne (1982 pour la traduction française)

Liberté surveillée

 

David avait loué une villa avec piscine sur les bords de la Méditerranée.
L’idée de retirer son maillot pour se baigner, puis s’étendre au soleil, lui était venue à après quelques jours en observant son corps dans le miroir de la salle de bains.
Trouvant ridicule l’empreinte blanche que son maillot avait imprimée sur sa peau, il décida de l’effacer en ne dissimulant plus son ventre ni ses fesses.

 

 David Hockney « Bain de soleil », peinture acrylique sur toilr (1966). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

David Hockney « Bain de soleil », peinture acrylique sur toilr (1966). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

 Exposer sans honte son corps au regard de ceus qui le dissimulent est une des nombreuses manières d’affirmer son individualité face au groupe qui veut imposer ses règles au plus grand nombre.

 

En décidant de se baigner puis de s’étendre nu au soleil, David avait conscience d’enfreindre une règle respectée par l’immense majorité des gens de son espèce. Espace privé ou public, ce qui était admis et plus encore apprécié de la part d’une femme l’était moins venant d’un homme.

Les femmes avaient guerroyé pou obtenir le droit d’exhiber leur poitrine, considérée comme une partie sexuelle de leur corps. Une pratique fhabituelle chez les hommes, que ce soit sur la plage ou dans les espacesx publics qui l’entourent comme si leur poitrine était elle avait été dépourvue d’une quelconque charge érotique.
Mais la loi interdit à l’une comme à l’autre l’exhibition des parties génitales dans l’espace public. Le port du cache-sexe est le minimum exigé par le législateur français.
David ne voulait pas en entendre parler. C’était tout ou rien.

Le lendemain, Il fut surpris d’éprouver un grand plaisir au contact de l’eau d’abord, puis du soleil, sur sa peau. Il lui sembla que ses fesses allaient être brûlées. Il vida son tube de crème hydratante.

Étonnante sensibilité du corps aux caresses de l’eau et du soleil.

David avait passé la matinée allongé sur le ventre. Il lui restait encore une étape à franchir et non des moindres, s’étendre sur le dos, exhiber l’interdit, avec tous les risques que cela comportait.

Des bruits de pas sur le gravier, de l’autre côté du mur dans la villa mitoyenne le retenaient…

Aucun geste n’est innocent

David Hockney " Peter sortant de la piscine de Nick ", 1966. Acrylique sur toile, 214 x 214 cm. Sourcing image : "Images de David Hockney" publié aux éditions du Chêne en 1980 (bibliothèque The Plumebook Café)

David Hockney  » Peter sortant de la piscine de Nick « , 1966. Acrylique sur toile, 214 x 214 cm. Sourcing image : « Images de David Hockney » publié aux éditions du Chêne en 1980 (bibliothèque The Plumebook Café)

 Il suffit d’observer les baigneurs sur une place, particulièrement les adolescents, pour comprendre à quel point l’idée même de paraître différents des autres les effraie.

 

David redoutait d’enfreindre un autre tabou que celui de la pudeur, avoir l’air d’un homosexuel ou, pire encore, avoir l’air de ce qu’il était réellement.
En se préoccupant à ce point de bronzer tout son corps, en prenant le risque de l’exhiber au regard des autres, David avait conscience qu’il ne serait plus tout-à-fait un homme comme les autres.

Si le responsable de l’agence immobilière, par exemple, entrait dans le jardin et le voyait allongé sur le dos, le sexe en émoi, il penserait inévitablement qu’il avait à faire à un homosexuel. Et David se disait qu’il devrait alors l’assumer s’il ne voulait pas passer pour un lâche à ses propres yeux.

Se baigner nu, sans honte, n’était pas aussi innocent qu’il s’était plu à l’imaginer en arrivant.

Si le vêtement met d’ordinaire en valeur le statut social, l’aisance financière par exemple de celui ou celle qui le porte, son absence assumée est tout autant chargée de sens, dans une société moderne régie par des conventions tacites et des modes vestimentaires majoritaires.
David décida qu’il n’emporterait aucun maillot pour aller se baigner dans la mer. Il assumerait son parti-pris d’une nudité absolue.

Il allait être obligé de choisir entre les plages réservées aux naturistes et celles qui étaient fréquentées par des homosexuels.

Le temps que son bronzage soit uniforme, il avait encore deux ou trois jours pour réfléchir.

Flash infos écrivain & artiste

John Carl Flügel. 1884-1956. Psychanalyste anglais connu notamment pour son essai « Psychology of clothes » publié en 1930. Titre français :« Le rêveur nu ».

David Hockney. Né en 1937. Peintre anglais. Découvrir d’autres tableaux dans ce blog / espace Recherche.

Variation des couleurs selon la qualité d’impression du support original

Des deux images de ce même tableau, laquelle est la plus proche de l’original ? La première qui serait celle d’un jeune Anglais à la peau couleur écrevisse après une journée passée au soleil. Ou celle-ci, plus intime, plus douce, mais où les reflets de l’eau sont peut-être trop estompés…

David Hockney " Bain de soleil ", 1966. Acrylique sur toile, 183 x 183 cm. Sourcing image : "Images de David Hockney" publié aux éditions du Chêne en 1980 (bibliothèque The Plumebook Café)

David Hockney  » Bain de soleil « , 1966. Acrylique sur toile, 183 x 183 cm. Sourcing image : « Images de David Hockney » publié aux éditions du Chêne en 1980 (bibliothèque The Plumebook Café)

La nudité vécue comme une forme de résistance à la dictature des bien-pensants et des modernes.

 

2 commentaires

  1. Arnaud DÉROCHE - Lyon

    Bonjour,

    et oui, vive le liberté !

    Merci pour vos écrits illustrés.
    Avez vous une boutique, librairie, une galerie quelquepart ?

    Bonne journée,

    Arnaud DÉROCHE

  2. Plumebook Café

    Merci pour ce message et l’intérêt que vous portez à mes « écrits illustrés », jolie manière de les décrire.
    C’est amusant que vous me posiez cette question. C’était en effet mon intention au départ. Créer une galerie avec ma bibliothèque à l’intérieur où chacun aurait pu venir et s’installer pour lire les innombrables livres qu’elle contient. Le projet était trop coûteux, trop tout. J’ai renoncé. Il reste le nom du blog pour en évoquer le souvenir avec le terme Café car on aurait aussi pu en boire un en visitant la galerie-bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*