Exercices du pouvoir 1/3

« Huis-clos à Phnom-Penh » [capitale du Cambodge] est le titre d’un documentaire d’Alain Lewkowicz, réalisé par Séverine Cassar. 
Conséquence de la prise de contrôle de la ville par les Khmers rouges [en 1975, après cinq années de guerre civile] : 3000 Cambodgiens, hommes, femmes et enfants, se sont réfugiées dans l’enceinte de l’ambassade de France avec l’espoir d’échapper à la déportation ou à l’enfermement et à la mort.
Avec eux, plusieurs centaines de Français et d’étrangers d’origine européenne.
850 Cambodgiens seront finalement remis par les autorités françaises à leurs bourreaux.
Un fonctionnaire de l’ambassade de France : « Les choses se font comme ça…, dans l’action. On devient une personne dont on peut être fier, ou… honteux. »
Des articles de presse, consultables en ligne, nous rappellent quel fut l’aveuglement des intellectuels français de l’époque face à la prise du pouvoir par les Khmers rouges.
Écoute du documentaire et lecture des articles pour tous les esprits en quête d’une réflexion sur le sens des mots « pouvoir », « peuple », « socialisme », « anticapitalisme », « patrie », « Français », « étranger » et « raison d’État ».

Souhaitez-moi bonne chance !

Signature de l’artiste en haut à gauche « Valéry Giscard d’Estaing sous les traits de Pauline Bonaparte  », 1977. Sourcing image : journal « PILOTE », archives The Plumebook Café

Signature de l’artiste en haut à gauche « Valéry Giscard d’Estaing sous les traits de Madame Récamier », 1977. Le tableau original est de David qui l’avait commencé en 1800. Sourcing image : journal « PILOTE », archives The Plumebook Café

 
À la question « Qu’en a pensé le Président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing ? », un témoin de cette époque confie à l’auteur du documentaire que le Président « est de ces hommes politiques qui se refusent à faire partager par l’opinion publique un certain nombre de choses qu’ils ont [décidé] de gardé pour eux… »
Et d’ajouter d’un ton sarcastique : « Bonne chance, si vous obtenez quelque-chose ! »

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*