Enterrement du folklore savoyard

L'enterrement du folklore savoyard

Stéphane Vigny. Écuries du Château. Samoëns, été 2009 (Résidences d’artistes, programme hors-les-murs de la Chartreuse de Mélan, Haute-Savoie)

L’enterrement du folklore savoyard

«Utilité publique»

La Chartreuse de Mélan (Taninges – Haute-Savoie) a reçu durant l’été 2009 Stéphane Vigny, un artiste originaire du Mans, en résidence sur la commune de Samoëns. Son devoir de vacances a été exposé avec plusieurs autres de ses œuvres dans le cadre restauré des Écuries du château dont les voûtes soutenues par de lourdes colonnes font penser de prime abord à des catacombes plutôt qu’à un lieu d’exposition.

Retour en arrière

C’est en visitant la Chartreuse de Mélan que Charlotte et Guillaume Ducamp, qui ont décidé de découvrir les expositions d’art contemporain organisées en pays de Savoie,  découvrent l’existence de ce lieu peu ordinaire que sont les Écuries du Château à Samoëns.
Une dizaine de kilomètres séparent Taninges de Samoëns. Ils les parcourent sous une pluie battante. En arrivant ils stationnent n’importe où derrière l’église en espérant que le temps dissuadera la maréchaussée de pointer le bout de son nez. Ils courent sous la pluie et retrouvent la médiatrice de la Chartreuse déjà installée derrière son bureau. Il n’y a personne d’autre qu’eux, elle propose de leur commenter les œuvres exposées, ce qu’ils acceptent volontiers. Guillaume  fait des photos tout en l’écoutant. Charlotte est concentrée.

Portrait de l'artiste en pied

Stéphane Vigny, portrait de l'artiste en pied, pour l'affiche de l'exposition été 2009)

Les jolies colonies de vacances

Sujet du devoir imposé à l’artiste

« Développer une création impliquant, d’une manière ou d’une autre, les habitants de Samoëns. » Un questionnaire adressé à ces derniers a permis de déterminer les caractéristiques souhaitées de l’œuvre à créer. Dites-moi ce que vous voulez, je vous dirai qui vous êtes…

Mais où sont les nains de jardin ?

Tout comme Charlotte et Guillaume, Stéphane Vigny a dû être frappé par le soin avec lequel les habitants de Samoëns ont fait de leur commune une petite Suisse avec ses chalets aux balcons fleuris, ses édifices publics restaurés, ses jardins, ses touristes en pantalon de velours et chemise à carreaux. Un paysage si parfait qu’il ne manquait à la carte postale que le bassin en bois rempli de fleurs. Stéphane Vigny l’a fabriqué avec des planches d’agglo, découpées et superposées, comme un mille-feuilles. Le bassin repose au centre de l’exposition. Penser la prochaine fois à l’eau bénite et au goupillon.

« On a fait le tour de ce qui est caché, reste à faire celui de ce qui est visible » déclare l’artiste dans une interview.

Les nains se sont absentés jusqu'au soir

Stéphane Vigny, bassin fleuri (été 2009). Photo Vert et Plume

Les nains se sont absentés jusqu’au soir

Une paire de baskets fleuries à la façon des sabots jardinières est accrochée au mur à proximité du bassin. Des néons sont fichés sur des appliques de chambre d’hôtel, en métal doré.
« Dommage, dit Guillaume à la médiatrice, que l’artiste n’ait pas tapissé les murs avec du papier peint à fleurs et planté un clou pour accrocher un crucifix. »

Ne pas oublier d'arroser les fleurs en partant

Stéphane Vigny, sabots fleuris (été 2009)

Ne pas oublier d’arroser les fleurs en partant

1 commentaire

  1. Jacques

    Jolie photo du panneau d’entrée du village qui cache à l’artiste le pic Marcely.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*