Droit de suite pour les artistes

Le syndrome de Bonnard
Pierre Bonnard « Jeunes femmes au jardin »,  toile peinte entre1921-1923 et retouchée entre 1945-1946. Sourcing image : Nicholas Watkins « Bonnard », éditions Phaidon (1994). Bibliothèque The Plumebook Café 05/95

Pierre Bonnard « Jeunes femmes au jardin », toile peinte entre1921-1923 et retouchée entre 1945-1946. Sourcing image : Nicholas Watkins « Bonnard », éditions Phaidon (1994). Bibliothèque The Plumebook Café 05/95

Bonnard vécut très longtemps avec Marthe qu’il épousera et Renée Monchaty qui était sa maîtresse.
Marthe est la figure jalouse en bas à droite du tableau. Trois ans après sa disparition (1942), Bonnard retravaille la scène, Il entoure Renée d’une lumière rayonnante, ultime pensée pour cette femme qui s’était suicidée à Rome en 1923, et fin de la longue histoire de ce tableau. 

DESCRIPTION DU SYNDROME.  On dit qu’un gardien du musée du Luxembourg avait un jour surpris Pierre Bonnard, un pinceau à la main, occupé à retoucher une minuscule feuille d’arbre sur l’un de ses tableaux accroché à une cimaise.
En Autriche, un peintre aurait été poursuivi pour vandalisme dans des circonstances analogues.
La Villa du Parc d’Annemasse, associée au MAMCO de Genève, s’est emparée de ces anecdotes pour demander à des artistes de répondre, à leur manière, à la question : les artistes disposent-ils d’un droit de suite sur les œuvres qu’ils produisent après qu’elles ont été vendues ?
Les peintres ont-ils le droit de faire vivre leurs tableaux jusqu’à leur mort ? Les imaginer sous un autre angle, les améliorer s’ils ne sont pas satisfaits de leur finition ? Leur donner un autre style, aller jusqu’à considérer qu’ils ne sont plus représentatifs et décider de les reprendre ?

Qui se souvient de Sissi, morte en exil à Genève ?

Nina Childress « Carte postale peinte sur toile du château de Schônbrunn (Autriche) », 2010. Tableau inséré dans une peinture murale sur kraft  comportant à gauche un « Autoportrait en statue de Sissi » (2010), et sur la droite un prolongement de la perpective sur le jardin de la villa vu à travers les vitres. Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Nina Childress « Carte postale peinte sur toile du château de Schônbrunn (Autriche) », 2010. Tableau inséré dans une peinture murale sur kraft comportant à gauche un « Autoportrait en statue de Sissi » (2010), et sur la droite un prolongement de la perpective sur le jardin de la villa vu à travers les vitres. Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Cette mise en scène par Nina Childress, dans la salle d’entrée de la villa, reprenant deux tableaux peints quatre ans auparavant pour une précédente exposition au Mamco sur le thème de « l’effet Sissi » est séduisante. Elle transforme le regard du visiteur sur l’œuvre initiale. Elle réussit à remplir tout l’espace visuel disponible, et va jusqu’à annexer une partie du jardin (à droite de la photo) dont les arbres, pour le coup, semblent sortir du tableau !

Nina Childress « Autoportrait en Sissi » (2010 - 2014) et coulures de diverses couleurs. Huile sur toile et peinture sur mur. Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Nina Childress « Autoportrait en Sissi » (2010 – 2014) et coulures de diverses couleurs. Huile sur toile et peinture sur mur. Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

L’artiste récidive au 1er étage avec un autoportrait en Sissi, également daté de 2010, sous lequel elle a ajouté des coulures de peinture pour faire croire qu’il a été peint dans la précipitation avant le vernissage de l’exposition.
Ce pourrait être du sang dégoulinant de la tête tranchée de la dernière impératrice d’Autriche, si elle avait eu l’idée de s’exiler à Paris plutôt qu’à Genève.
L’artiste, américaine installée à Paris, avait-elle visité les cellules de la Conciergerie avant que l’idée ne germât dans son esprit de cette funeste mise en scène ? Âmes sensibles, fermez les yeux.

Place à l’abstraction et aux concepts

Francis Baudevin « Sans titre », acrylique sur toile (2014). Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Francis Baudevin « Sans titre », acrylique sur toile (2014). Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Plusieurs fois confronté au problème de dégradation des couleurs sur ses toiles, l’artiste a mis au point une méthode de recouvrement, dite de filtrage de la couleur, laissant apparaître le motif sous des couches de peinture grise !…
La toile, nous explique la plaquette de la Villa est comme passée à la lumière, autant dire effacée. Faut-il se réjouir ou s’attrister de constater par ce biais que certaines œuvres d’art contemporain sont vouées à une disparition précoce ?

Francis Baudevin « Sans titre », acrylique sur toile (2009-2014). Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Francis Baudevin « Sans titre », acrylique sur toile (2009-2014). Sourcing image : Exposition « Le Syndrome de Bonnard », villa du Parc (Annemasse, avril-mai 2014). Photo The Plumebook Café, avril 2014

Francis Baudevin, qui n’est pas suisse pour rien, s’inspire du design des boîtes de médicaments pour certaines de ses compositions. Mais aussi des paquets de  cigarettes, et… des emballages des tablettes de chocolat bien-sûr !
Il a proposé pour l’exposition de repeindre entièrement l’un de ses tableaux dont la finition ne le satisfaisait pas.
Bonnard, reviens ! Tu as fait des émules.

Flash infos artistes & célébrités

Francis Baudevin. Né en 1964. Artiste suisse, installé à Lausanne.
Pierre Bonnard. 1867-1947. Peintre français. Lire les articles à son sujet sur le blog. Espace RECHERCHER.
Nina Childress. Née en 1961. Artiste d’origine américaine installée à Paris.
Sissi.  Surnom d’Elisabeth de Wittelsbach, impératrice d’Autriche, épouse de l’empereir François-Joseph. Une série de films à succès interprétés par Romy Schneider ont rendu son nom célèbre.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*