Chambre d’hôtel 3/3

Il n’était pas certain de pouvoir dormir dans une chambre dont les murs avaient été recouverts par les phrases ou les mots surgis de l’esprit d’un artiste. En son temps, Jean Cocteau avait beaucoup écrit et dessiner sur les murs, dans des restaurants, dans la chambres d’un hôtel à Villefranche-sur-mer où il avait séjourné, dans la salle des mariages de la mairie de Menton. Benjamin Vautier, alias Ben, a petit à petit fait de son écriture le support essentiel de son expression artistique.

Ben « Chambre d’hôtel », 2011. Décoration conçue pour le Windsor Hotel. Sourcing image : journal Le Monde (archives Vert et Plume)

Au début des années 60, Bernard Buffet avait illustré, avec quelques dessins mais surtout sa manière si particulière d’écrire les mots, TOXIQUE, le texte dans lequel Françoise Sagan racontait sa cure de désintoxication, son séjour dans une chambre d’hôpital. La forme de l’écriture de Buffet, qui collait si bien au texte de Sagan, l’avait emballé au point qu’il se l’était appropriée.

Il avait modifié sa signature, étiré la première consonne de son nom, la dernière et les consonnes intermédiaires qui pendaient autour des voyelles comme des draps mis à sécher sur un fil.
S’il venait à se coucher sous les mots de Ben, il aurait le sentiment que l’artiste était là qui le guettait et se moquait de lui qui se tournait dans un sens puis dans l’autre sans parvenir à trouver le sommeil.
La nuit, il parlait, s’exclamait, ronflait. Il lui arrivait de se relever pour écrire un mot, une phrase qu’il craignait d’oublier. C’était assez de sa femme qui lui racontait ces choses le matin en se levant. Il, il ne souhaitait pas d’autre témoin de ses divagations.
D’une chambre d’hôtel il attendait qu’elle fût dépouillée. Les deux choses importantes à ses yeux étaient la fenêtre et le lit. Ce dernier devait être large, d’un blanc immaculé, avec une couette et de gros oreillers. La fenêtre devait être haute et à deux battants. Dès que le jour se levait, il allait l’ouvrir et se recouchait. Le vent, le froissement des feuilles sur les branches des arbres, le chant des oiseaux, entraient dans la chambre et ressortaient comme des visiteurs. La voix d’une femme, le chant d’un coq enroué, le cri d’un enfant en route pour l’école. Les mots venaient après.

Flash infos artiste

Ben.  Artiste français né en 1935 à Naples. Lire : L’image du monde
Cet article rend compte de la rétrospective de Ben au Musée d’Art Contemporain de Lyon en 2010. Il contient de nombreuses reproductions de ses tableaux.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*