Autrefois l’Afrique 1/4

Le Bénin est enserré entre le Togo qui appartient comme lui à l’Afrique de l’ouest francophone, et le Nigéria anglophone membre du Commonwealth. Autrefois royaume de guerriers connu sous le nom de Dahomey, il est devenu un pays de commerçants, une porte d’accès à l’immense marché nigérian.
Après avoir changé son nom de Dahomey en Bénin et avoir appartenu à la sphère communiste, le pays s’est converti à la démocratie et au libéralisme. Mondialisation obligeait.
Riche d’une histoire ancienne et d’un patrimoine artistique qui a fait l’objet d’expositions au musée du quai Branly, mais pauvre au plan touristique comme l’est l’ensemble de la zone géographique.
De sorte que les récits de voyage contemporains se font rares et relèvent le plus souvent de la publicité pour compagnies aériennes et chaînes d’hôtel en mal de clientèle.
À l’inverse, les récits du temps colonial sont le fait de voyageurs amoureux de l’Afrique ancienne et les dessins qui les illustrent, ou – comme ici – les aquarelles sont d’une qualité et d’une authenticité remarquables.

Le roi du Jour

Jean Bouchaud « Le roi du Jour » aquarelle, vers 1933. Sourcing imahe : article-reportage « Les rois du Dahomey » publié dans le magazine L’ILLUSTRATION du 28 avril 1934 sur un récit de voyage de 1931 (collection The Plumebook Café)

Jean Bouchaud « Le roi du Jour » aquarelle, vers 1933. Sourcing imahe : article-reportage « Les rois du Dahomey » publié dans le magazine L’ILLUSTRATION du 28 avril 1934 sur un récit de voyage de 1931 (collection The Plumebook Café)

 

1931. Parti de Lomé, la capitale du Togo voisin, le voyageur André De.Maison arrive au Dahomey (l’ancien nom du Bénin actuel) par la route du littoral qui réunit les deux pays placés alors sous administration française.
Après Cotonou, la capitale économique, il parvient à Porto Novo, capitale administrative, où il fait la connaissance du roi du Jour, un jeune homme qui vient d’être désigné et n’a pas le droit de sortir de la maison royale, pas plus qu’il ne peut faire usage de ses prérogatives, avant que la tête du cadavre de son prédécesseur ne se soit détachée du reste du corps dont il doit, durant tout le temps de cette attente, manger les entrailles !…

Un ancêtre du dessinateur Loustal

Jean Bouchaud « Ville au bord de la grande lagune » aquarelle, vers 1933. Sourcing imahe : article-reportage « Les rois du Dahomey » publié dans le magazine L’ILLUSTRATION du 28 avril 1934 sur un récit de voyage de 1931 (collection The Plumebook Café)

Jean Bouchaud « Ville au bord de la grande lagune » aquarelle, vers 1933. Sourcing imahe : article-reportage « Les rois du Dahomey » publié dans le magazine L’ILLUSTRATION du 28 avril 1934 sur un récit de voyage de 1931 (collection The Plumebook Café)

Notre voyageur nous apprend que le jeune roi du Jour dispose encore un mois avant que la tête du cadavre ne se détache, et autant pour achever de mastiquer les entrailles.
Il demeure ainsi cloîtré avec ses courtisanes, ses conseillers, ses femmes et ses parents.
Les plus jeunes parmi ces derniers, sacrifient, paraît-il, à la mode de la houppette et de la poudre de riz… dommage que nous n’ayons pas de portrait d’eux.

Retrouver Loustal sur le Blog

Petit voyage à Genève

Jungle

 

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*