Au pas de course

Cologne, Berlin, Ludwig Museum, Pablo Picasso, Fernand Léger, Paula M. Becker, Erick Heckel, art, Nistoire, rire, Alberto Giacometti, people, parti, pessimisme,
Arrivé dans une ville, il faut un certain temps au visiteur pour s’imprégner de l’atmosphère. Il n’est pas dit d’avance qu’elle lui plaise et l’inspire. 
Impossible de dire d’emblée qu’au terme de son séjour il la quittera à regret, songeant  déjà à y revenir à la première occasion.
Le visiteur se promènera dans les rues, en direction du centre historique où sont traditionnellement concentrés restaurants, cafés, magasins, musées et galeries, de quoi nourrir sa curiosité.
C’est aussi dans ce centre qu’il trouvera les bâtiments les plus anciens, comme les plus audacieux. 
Le moche et l’ennui qui l’accompagne sont le plus souvent l’apanage des quartiers périphériques et des banlieues où aucun touriste ne mettra les pieds.
Le visiteur a besoin d’un cadre à la fois rassurant (il n’a pas de mal à trouver ses repères) et surprenant (il n’avait rien vu de semblable auparavant) pour se se laisser séduire par la ville qu’il découvre, comme il en irait avec une femme ou un nouvel ami.
Ni les cités-dortoirs ni les zones commerciales ou industrielles ne sont propices à la rêverie et à l’imagination qui guideront les pas du nouvel arrivant.
Le beau est si rare qu’il ne manque jamais d’enthousiasmer le voyageur, heureux d’être allé au-delà de… au-devant de…

Les œuvres d’art, seules traces de nos vies passées

Pablo Picasso « Tête de femme » (figure de Dora Maar), plâtre (1941). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

Pablo Picasso « Tête de femme » (figure de Dora Maar), plâtre (1941). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

Photographe et peintre, Dora Maar [1907-1997] est davantage connue pour avoir été la muse de Picasso.
Le Maître lui achètera une maison à Ménerbes (Lubéron) dont on peut toujours admirer la façade en se promenant sur le côté ensoleillé du village [une plaque est fixée sur le mur]. 
Leur liaison prendra fin en 1943.
 
Köln / Cologne, sur la terrasse du musée Ludwig
Le vent ébouriffe les cheveux d’un jeune étranger venu ici pour visiter la Foire Internationale installée sur la rive opposée du Rhin. Un Français. Tout le monde l’a reconnu. Il a traversé le pont en marchant sur la piste réservée aux cyclistes.
Le jeune homme a réussi à se libérer avant la fin de la journée pour découvrir le cœur historique de la ville. 
Il est seul.
Se tient immobile, à la manière d’un héros romantique. Contemple les bâtiments qui l’entourent, sentinelles du jour finissant.

Le poids de l’Histoire

Erick Heckel « Canal à Berlin », huile sur toile (1912). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
Erick Heckel « Canal à Berlin », huile sur toile (1912). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
À Berlin, où il est aussi allé pour découvrir l’ancienne capitale du Reich, il a vu le passé disparu, les vies détruites, il se sentait mal à l’aise, incapable de faire semblant comme si rien ne s’était passé.
Il arrive que le poids de l’Histoire soit trop lourd à porter. C’était le cas.
 
Tournant son regard vers la cathédrale, qui a échappé aux destructions de la dernière guerre, notre visiteur pense à un énorme chandelier recouvert des larmes de cire qui ont coulé des cierges allumés par les survivants.
Comme il ne dispose pas de beaucoup de temps, il s’engouffre dans le hall du musée Ludwig qu’il a l’intention de parcourir au pas de course. Impossible de faire autrement. L’heure de sa fermeture approche.

Le rire est-il une arme ou un travestissement ?

Alberto Giacometti « Le nez », bronze (1947). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

Alberto Giacometti « Le nez », bronze (1947). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98

TEXT
Le musée abrite plusieurs collections, art ancien, art religieux, art moderne.
Des vitraux, accrochés comme des tableaux, qui ont sans doute été retrouvés intacts après la fin des bombardements.
Pressé par le temps, le jeune Français note les références de quelques tableaux qui retiennent son attention :
La maîtresse de Louis XV, Mary Louise Murphy peunte par Boucher. Un si joli cul nu sur draps roses et froissés
Les Trois Demoiselles sur un pont, de Munch
Un lac de Genève par Courbet , qu’il ne connaissait pas
Portrait de fou peint par Delacroix
Derain, Saint-Paul de Vence
L’Homme debout de Rodin et une femme de Bourdelle.
Le Nez, drôle, de Giacometti

 S’efforcer d’être soi, plutôt que de copier les autres, est un remède contre le pessimisme

Paula M. Becker « Paysage du Worpswede », huile sur carton (1900). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
Paula M. Becker « Paysage du Worpswede », huile sur carton (1900). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
 
Née en 1879, décédée brutalement en 1907, cette jeune artiste allemande a découvert au cours de plusieurs et longs séjours à Paris le goût prononcé des Français pour l’art et la culture. Elle y puise des forces nouvelles qui vont lui permettre de s’affirmer comme une artiste et une femme à part entière.
 Notre visiteur pressé fait la découverte, importante à ses yeux, des peintres allemands. La force créatrice de leur travail l’impressionne, la réprobation dont ils ont pu être l’objet l’enchante.
Qui, mieux que les peintres, les musiciens, les philosophes et les écrivains, peut prétendre représenter une nation ? se demande-t-il

Vivement les vacances !

Fernand Léger « La partie de campagne », huile sur toile (1954). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
Fernand Léger « La partie de campagne », huile sur toile (1954). Sourcing image : « L’Art du XXè siècle, Museum Ludwig Cologne », éditions Taschen (août 1996). Bibliothèque The Plumebook Café, 08/98
 il continue de noter des noms dans son carnet, des références : école Die Brücke fondée à Dresde en 1905, Erich Heckel peignant les rues de Dresde en 1912…
Termine avec Fernand Léger dans lequel il voit un illustrateur du rêve communiste français, l’idéalisation du Travail et du Travailleur.
Figure de peintre officiel du Parti, du Peuple. Ni l’un ni l’autre de ces mots ne lui plaît. Ils résonnent à ses oreilles comme des synonymes d’embrigadement.
[Texte source écrit à Cologne,en septembre 1993]

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*